Améliorer la compétitivité des protéagineux

Le pois et la féverole présentent des atouts agronomiques, environnementaux et économiques. Accroître leur présence dans les assolements et les successions culturales permettra aux protéagineux de regagner en productivité et en compétitivité. Une information régulière et pertinente constitue un enjeu essentiel pour des cultures dont la connaissance et la maîtrise ont pu diminuer à la suite de baisses de surfaces. L'existence de solutions permettant de réduire les aléas de production est également indispensable dans un contexte de changement climatique et de retrait des solutions phytosanitaires traditionnelles. La stimulation des innovations variétales est aussi un point d'attention particulier.
Terres Inovia fait valoir son expertise dans ces cultures en fournissant des informations sur la conduite de ces cultures et des outils de choix sur les variétés des protéagineux.

 

Contact : Véronique Biarnès

v.biarnes@terresinovia.fr

 

Pois protéagineux en floraison

Nos objectifs

Guider les agriculteurs sur le choix des espèces et des types à privilégier (hiver/printemps) en fonction de la zone géographique par des analyses agro-pédo-climatiques pour réduire les aléas de la production.

Proposer des itinéraires techniques adaptés aux contextes locaux, au changement climatique et à une utilisation durable des produits phytosanitaires.

Nos actions phares

Elaborer une grille de risque Aphanomyces

Il n’existe aucune méthode de lutte contre la pourriture racinaire du pois due au pathogène tellurique Aphanomyces euteiches.
La gestion du risque est actuellement basée sur un test biologique réalisé à partir d’un échantillon de sol. Malgré son intérêt, ce test est peu utilisé par les agriculteurs. C’est pourquoi Terres Inovia travaille à l’élaboration d’une grille de risque Aphanomyces, dont le déploiement opérationnel est attendu pour 2020.

Développer de nouvelles variétés de pois

Terres Inovia est impliqué dans le projet investissements d’avenir Peamust (adaptation multi-stress et régulations biologiques pour l’amélioration du rendement et de la stabilité du pois protéagineux). Il a débuté en 2012 et se terminera le 30 juin 2020.
Soutenu par l’ANR, il vise à développer de nouvelles variétés de pois et de féverole résistantes à plusieurs stress et à optimiser les interactions entre la plante et les symbiotes pour obtenir un rendement et une qualité des graines plus réguliers, dans un contexte de réduction des pesticides et de changement climatique.
Peamust s’appuie sur les compétences de 13 laboratoires publics, d’un groupement d’intérêt public, de 11 entreprises privées et d’un pôle de compétitivité, en plus de Terres Inovia.
Des avancées significatives ont déjà été obtenues. Ainsi, chez le pois, l’effet des principaux loci (zones du génome) de résistance à Aphanomyces et de tolérance au gel ont été validés dans des lignées agronomiques. Les marqueurs moléculaires, étroitement liés aux principales régions génomiques contrôlant la résistance à Aphanomyces, sont en cours d’utilisation dans les programmes de sélection privés pour créer des variétés résistantes. Chez la féverole, des croisements ont également généré des lignées recombinantes en vue de l’analyse génétique et génomique comparée de la résistance à trois stress : gel, Aphanomyces et bruche.

Rechercher des moyens alternatifs de lutte contre les bio-agresseurs

Pour accompagner ces nouvelles variétés, des solutions alternatives pour maîtriser les maladies, les ravageurs ou les adventices sont également recherchées afin de diminuer le recours aux produits phytosanitaires.
Des solutions de biocontrôle ou du désherbage mécanique sont notamment testées. Ainsi, c’est une combinaison de moyens de lutte qui est recherchée (génétique, chimique, agronomique).

Connaître les pratiques des producteurs et adapter les conseils techniques

Afin de mieux connaître les pratiques culturales des producteurs de pois protéagineux, Terres Inovia a organisé, en 2017, une première enquête nationale. Les résultats indiquent que les itinéraires de cultures sont régionalisés et que des progrès sont possibles pour améliorer la date, la densité et la profondeur de semis. Une enquête identique pour la féverole a été réalisée en 2018.

Mieux connaître ces pratiques permet à Terres Inovia de mieux orienter les conseils de façon à améliorer la productivité de ces cultures et permettre à l’agriculteur de choisir la variété ou la conduite de culture la plus adaptée.