Chargement en cours...

Itinéraires techniques mixtes combinant bineuse et herbicides

 

 

La technique "herbisemis puis binage" réduit les quantités d’herbicides à l’hectare

Cette technique consiste à appliquer l’herbicide de prélevée de façon localisée sur le rang, le jour du semis, grâce à un kit de traitement monté sur le semoir ("herbisemis").
Des soutiens à l’investissement pour ce type de matériel ont souvent été accordés dans le cadre du Plan Végétal Environnement et d’actions régionales en matière de réduction de pesticides. Cette technique est un bon moyen pour réduire les quantités d’herbicides à l’hectare et l’IFT (Indice de Fréquence de Traitement).

essais herbisemis

Le semis et le traitement herbicide sont donc réalisés en un seul passage, la contrainte étant de remplir la cuve de bouillie tous les 7-8 ha. Environ un tiers de la surface est traité (20 cm pour un écartement de 60 cm), ce qui permet une économie de deux tiers d’herbicides et l’utilisation d’un produit haut de gamme si besoin.
Le temps nécessaire pour le binage est estimé à 45 min/ha, mais il peut varier selon la largeur de la bineuse, le système de guidage et le contexte parcellaire. Cette technique ne peut s’adapter qu’aux sols à ressuyage rapide. Une infestation importante peut nécessiter 2 passages de bineuse.

Cette technique est possible sur toutes les cultures sarclées qui se désherbent chimiquement avant la levée, comme le tournesol.
L’intérêt du désherbage mixte réside aussi dans la possibilité de raisonner l’intervention de post-levée : si l’état de salissement de la parcelle ne le justifie pas, il est inutile de biner.

Désherbinage sur tournesols tolérants aux herbicides

désherbinage tournesol

Un traitement dirigé sur le rang est associé en même temps à un binage inter-rang. Cette technique est rendue possible par la mise sur le marché des solutions herbicides de post-levée (Pulsar 40, Express SX), utilisables uniquement avec des variétés de tournesol tolérantes.

Testé depuis 2010 sur des variétés tolérantes, le désherbinage, réalisé à 4 feuilles du tournesol, a procuré des résultats tout à fait corrects en conditions favorables, légèrement en deçà de la postlevée en plein.

Toutefois, la souplesse d'intervention est réduite car il faut répondre à la fois aux exigences du chimique et du mécanique en post-levée. En effet, les conditions favorables à ces deux opérations (traitement herbicide et binage) en même temps sont rarement réunies : sol ressuyé et temps séchant pour le binage et hygrométrie suffisante pour le traitement.

De plus, du fait de l'intervention relativement précoce, un binage supplémentaire peut s'avérer utile. Appliquée à grande échelle sur une exploitation, cette pratique peut donc rencontrer certaines limites.

Terres Inovia a mis en place un essai pour tester la technique du désherbinage sur tournesol.

 

Présentation et démonstration de la technique (04/06/2010)

Evaluation d’itinéraires mixtes de désherbage en tournesol

Efficacités mesurées de différentes stratégies de désherbage (en % de destruction des adventices par rapport au témoin non désherbé)

Les résultats ci-dessous confirment que la localisation sur le rang de la prélevée suppléée par le binage est la modalité la plus efficace et régulière.

5 essais Terres Inovia avec tronc commun des modalités (2010 et 2011)

5 essais Terres Inovia avec tronc commun des modalités (2010 et 2011)

Stratégie « herbisemis puis binage » : la performance de désherbage est régulièrement égale ou supérieure à la référence en plein. Tout en faisant l’économie d’un passage de pulvérisateur en plein, elle permet en outre une diminution de l’usage d’herbicide (jusqu’à -66%) et une totale maîtrise des coûts de production. Compte tenu du coût élevé des herbicides de prélevée (80 à 90€/ha) et du coût estimé d’un binage (environ 25€/ha, matériel, traction et main d’œuvre comprise), il devient possible d’envisager un voire deux binages sans alourdir le poste désherbage du tournesol. De plus cette technique permet d’envisager la maîtrise des flores non contrôlables par la seule voie chimique (comme ammi majus, mercuriale, renouée liseron)…

Désherbinage : réalisé à 4-6 feuilles du tournesol (variété tolérante), il a procuré globalement des résultats tout à fait corrects, à peine inférieurs à la postlevée en plein. Toutefois, la souplesse d'intervention est réduite car il faut répondre à la fois aux exigences du chimique et du mécanique en post-levée. Outre les conditions climatiques, le stade des adventices au moment du passage étant trop avancé, elles sont plus difficiles à détruire. Pour ces raisons, le désherbinage semble moins fiable et sécuritaire que la stratégie précédente.

Stratégie de binage seul : de par son action exclusive sur l’inter-rang, le binage seul, même répété deux fois, était, dans les conditions testées, insuffisant pour aboutir à un désherbage acceptable. Or, sur le rang, la compétition des mauvaises herbes pour l’eau et les éléments nutritifs est forte. Il convient donc de sécuriser au mieux la ligne de semis par un traitement adapté à la flore dominante.

Ainsi l’efficacité du traitement localisé de prélevée couplé au semis (herbisemis) succédé par le binage est clairement supérieure à celle du traitement localisé de postlevée couplé au binage (désherbinage sur variété tolérante) sur les flores classiques du tournesol. L’herbisemis présente l’avantage de sécuriser précocement la ligne de semis, à condition de choisir le(s) produit(s) adapté(s) à la flore. Le binage de l’inter-rang du tournesol élimine en tendance plus de 80 % des adventices présentes. L’association des deux, herbisemis puis binage, procure des résultats globalement supérieurs au traitement de référence en prélevée en plein et à peine inférieurs au traitement de postlevée en plein (imazamox ou tribénuron-méthyl).

Comparaison des coûts estimés de différents itinéraires de désherbage en €/ha

Les graphiques ci-dessous comparent différentes modalités de désherbage mixte du tournesol avec binage sur le plan technique d’une part (efficacité) et sur la plan économique d’autre part (coût et temps de travail).

Les modalités avec prélevée en plein que ce soit à dose pleine ou à dose réduite avec binage sont efficaces mais ce sont celles qui coûtent le plus cher. La modalité binage(s) seul(s) est la plus compétitive en termes de coût mais son efficacité n’est pas toujours satisfaisante. La modalité qui combine le meilleur rapport efficacité/coût est la prélevée localisée puis binage.

Comparaison des coûts estimés de différents itinéraires de désherbage en €/ha Comparaison des coûts estimés de différents itinéraires de désherbage en €/ha

Références du barème APCA 2017 :

pulvérisateur porté 24 m à 600 ha/an avec tracteur 120 cv

bineuse 8 rangs avec guidage optique à 100 ha/an avec tracteur 120 cv à 700 h/an

Kit Herbisemis à 6 000 € HT amorti sur 7 ans à 100 ha/an soit 7.1 €/ha

Kit de désherbage localisé sur bineuse à 6 000 € HT amorti sur 7 ans à 100 ha/an soit 7.1 €/ha

Désherbinage 8 rangs, cuve 1200 l/ha : 27.3 (passage) + 5 (remplissage) = 32.3 min/ha

Main d’œuvre salariée

Mécanisation = amortissement + entretien + carburant

Le temps de travail inclut le temps de remplissage du pulvérisateur

 

La technique « pulvérisation localisée d’herbicide sur le rang puis binage » est pertinente

L’inconvénient majeur du désherbinage est que les conditions favorables à fois au traitement et au binage sont rarement réunies (sol ressuyé et temps séchant pour le binage et hygrométrie suffisante pour le traitement). Par conséquent, il est préférable de séparer les deux opérations.

La pulvérisation localisée sur le rang au moyen d’une rampe grande largeur adaptée (de type Maréchal) puis binage dans l’inter-rang a été évaluée par le projet Ecophyto II du nom de PLEVOP (Pulvérisation Localisée En Végétation sur Oléagineux et Protéagineux), financé par l’OFB. La rampe de pulvérisation MARECHAL permet de ne traiter que 44% de la surface (soit 20cm sur le rang, pour un écartement de 45 cm).

Des essais sur tournesol réalisés en Lorraine par Terres Inovia entre 2017 et 2020, en collaboration avec la Coopérative Agricole Lorraine, ont montré que la technique de désherbage mixte (herbicide localisé sur le rang puis binage) en post-levée du tournesol (sur variété tolérante) était tout à fait pertinente et semblable à un traitement en plein, à condition de pouvoir biner au moins 1 fois. En effet, l’efficacité moyenne à mauvaise de la modalité « traitement localisé non biné » montre l’importance du binage pour atteindre un désherbage satisfaisant sur toute la surface.

 

Quel guidage en pratique ?

Différents modes de guidage de la rampe (GPS, trace, caméra…) ont été testés. Il s’avère que sur des terres à colza ou tournesol qui peuvent être parfois irrégulières, le guidage trace n’est pas toujours adapté. Les guidages par caméra et par GPS sont bien adaptés et satisfaisants. Cependant, le guidage caméra étant plus coûteux que le guidage GPS, ce dernier semble suffisant.

 

Calculer les doses d’eau et de produit pour un traitement localisé sur le rang, un casse-tête ?

Terres Inovia, en partenariat avec AgroSupDijon et la société SUDUINNOV, a conçu une application smartphone android qui permet de calculer les réglages optimums d’une pulvérisation localisée efficace (choix de la buse, angle, volume, quantité de produit, vitesse, etc…) en fonction de la culture et de son stade (hauteur, largeur de la biomasse de la culture, etc…). Les paramètres de sortie sont, selon le choix de l’utilisateur : le volume ou la vitesse ou le débit (choix de la buse). L’Outil d’Aide à la Décision calcule aussi le gain de produit phytosanitaire non pulvérisé en %.

Accessible sur Google Play Store, son nom est PréciLoc

 Télécharger l'application sur Google Play Store

Les agriculteurs/expérimentateurs peuvent l’utiliser facilement au champ. Selon leur souhait, plusieurs options de traitement sont possibles : traitement localisé sur l’ensemble du champ, traitement en plein sur les bords de champ et localisé pour tout le reste de la parcelle et enfin traitement en plein sur toute la surface. L’OAD calculera les doses de produit et les volumes d’eau correspondants. L’historique des pulvérisations est enregistré dans l’application et peut être réutilisé pour des traitements ultérieurs.

 

Finalement quels intérêts ?

Terres Inovia a également fait un bilan technico-économique de cette technique.

Sur la base du barème APCA 2017, la pulvérisation localisée avec une rampe Maréchal de 36 rangs qui fait 150 ha/an en moyenne (avec un tracteur de 120 CV qui fait 700h/an) coûte 23,8 €/ha, en prenant en compte les frais d’amortissement, d’entretien, de carburant et de main d’œuvre, tant pour la rampe que pour le tracteur.

Avec une hypothèse de coût moyen herbicide de 100 €/ha, la pulvérisation localisée, grâce au gain de produit non appliqué dans l’inter-rang, a un coût herbicide de 44€/ha puisque pour un écartement de 45 cm et une largeur de bande traitée de 20 cm, on ne traite que 44% de la surface.

On obtient donc les comparaison de coûts suivantes :

Si on prend également en compte le temps de travail et le gain environnemental (IFT), la technique « pulvérisation localisée Maréchal puis binage » est intermédiaire et plutôt un bon compromis.

 

Vidéo d’un traitement localisé avec la rampe Maréchal sur tournesol :

 

Pour plus de renseignements sur les résultats de ce projet

Voir le compte rendu

 

A voir aussi :

Lutte mécanique du tournesol avec le binage

- Document complémentaire :