Chargement en cours...

Terres Inovia s’investit dans le premier Programme d’Investissement d’Avenir

15 nov. 2019

Le premier Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) constitue une initiative unique en Europe. Mis en place par l’Etat en 2010, il vise à financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire dans quatre domaines : l’enseignement supérieur et la recherche ; les industries et PME ; le développement durable et l’économie numérique.

Des projets labelisés

Terres Inovia s’est inscrit dans cette démarche en nouant des liens forts au sein de la communauté scientifique et technique. Au total, neuf projets ont été labélisés. « Décrocher ces projets est déjà un succès car ils étaient en concurrence avec d’autres, dans des domaines comme l’aéronautique, le nucléaire, le médical », précise David Gouache directeur adjoint de Inovia. L’ensemble représente un budget de 230 millions d’euros, financé par des subventions publiques (à hauteur de 36%), les instituts publics et les sociétés privées participants. Tous ces acteurs se sont regroupés dans le Groupement d’Intérêt Scientifique, le GIS BV (pour Biotechnologies Vertes). Objectif : produire des connaissances nécessaires au développement de variétés innovantes par la recherche, le développement et la formation.

Ces projets se termineront en 2020 (entre juin et septembre), à l’exception de PHENOME prolongé jusqu’à décembre 2023. A moins d’un an de cette échéance, le Groupement d’Intérêt Scientifique « Biotechnologies Vertes » (GIS BV) a organisé un Symposium pour dresser le bilan et les perspectives des neuf projets lancés dans ce cadre depuis 2010. Avec les deux autres instituts techniques impliqués (Arvalis-Institut du végétal et l’Institut technique de la betterave), Terres Inovia a pu y présenter leur bilan et les perspectives.

L’institut est au cœur de quatre projets dans le cadre du PIA. Il est impliqué dans PHENOME, projet « d’infrastructure d’excellence » visant à doter la France de plateformes et d’outils sur les nouvelles technologies de phénotypage afin de conforter la position de leader de la France. Terres Inovia a été impliqué dans ce projet principalement par la création et la gestion d’une plateforme PHENOVIA sur son site de Bretenière (Côtes-d’Or). L’institut est également investi dans trois autres projets RAPSODYNSUNRISE et PEAMUST (voir la description des projets ci-dessous) qui traitent respectivement du colza, tournesol et protéagineux.

Quelles améliorations globales ?

Que retenir de cet investissement dans ces projets novateurs ? Globalement, d’importants progrès ont été faits en matière de génétique, au service d’une sélection variétale plus performante.

Quatre points méritent particulièrement d’être mis en avant :

-La création de ressources génétiques exploitables par les sélectionneurs : ces sources de nouvelle diversité sont reconnues comme très prometteuses pour trouver des traits qui permettront aux variétés de demain de répondre aux changements climatiques et aux exigences agroécologiques ;

-La création d’outils de génomique (séquençage de plusieurs génomes, pour le tournesol et le pois en particulier, et mise au point de techniques de génotypage) : ils permettent aujourd’hui aux sélectionneurs de marquer des gènes et allèles d’intérêt et de tenter ensuite, par des modèles prédictifs, de faire de la sélection en augmentant le nombre de croisements à moyens d’évaluation (phénotypage) ;

-Le couplage du phénotypage et de la modélisation avec le travail de sélection : il analyse les fameuses « interactions génotype-environnement », c’est-à-dire le fait que les variétés ne se classent pas de la même façon suivant l’environnement dans lequel on les évalue : aujourd’hui, plusieurs équipes et sélectionneurs sont en mesure de ne plus subir cette variation, mais de l’interpréter pour identifier la réponse des variétés à la sécheresse ou au manque d’azote ;

-Enfin, de tels projets ambitieux et menés sur le long terme ont permis de créer des liens encore plus forts au sein de la communauté de la génétique végétale, et de préparer l’avenir. 52 doctorants ont été formés au travers de ces projets, plusieurs d’entre eux ayant travaillé dans plusieurs structures au fil des années et trouvé des postes chez les partenaires.

Les travaux de l’institut : l’amélioration du conseil variétal et des OAD

Terres Inovia (avec les autres instituts agricoles impliqués, l’ITB et Arvalis Institut du végétal) a présenté ses perspectives sous un autre angle : comment toutes ces avancées nous aident-elles à améliorer la conduite des exploitations chez les agriculteurs ? L’émergence de variétés améliorées, en particulier en matière de réponse aux différents stress, est une voie privilégiée.

Du côté de l’institut, les travaux sur la vigueur précoce du colza ont été mis en avant. « Nous avons pu insister sur l’importance de la démocratisation et la diffusion de ces outils, ce qui constitue l’un des objectifs majeurs du projet d’entreprise de Terres Inovia ».

D’une façon générale, « l’accueil très positif de notre présentation montre à quel point notre position privilégiée d’institut technique est appréciée par nos collègues scientifiques étrangers notamment, qui n’ont souvent pas la même possibilité de pousser aussi loin leurs idées vers des applications concrètes », remarque David Gouache.

Et maintenant ? Il faut maintenant aller au bout des applications. Sur le colza par exemple, la priorité est le déploiement de la méthode en routine pour permettre de fournir une évaluation systématique de la vigueur des variétés en vue de mieux tolérer les attaques d’insectes. En matière d’outil d’aide à la décision, le couplage des modèles de culture avec les capteurs, dont la faisabilité a été démontrée sur d’autres espèces, permettrait de suivre en temps quasi réel la croissance du colza, ce qui permettrait de mettre en œuvre de manière plus simple beaucoup de règles de décision existantes sur cette culture.

 

Chiffres clés

9 Projets d’Investissement d’Avenir

1 684 chercheurs sollicités (en équivalent temps plein)

93 partenaires impliqués

40 laboratoires de recherche publique

28 entreprises impliquées, dont 13 semencières

52 doctorants formés

72 projets montés

230 millions d’euros de budge

 

 

Les quatre projets de Terres Inovia labélisés par le PIA

Projets Objectifs généraux Exemples de réalisation
SUNRISE Améliorer la production d’huile de tournesol dans des conditions adaptées au changement climatique ; comprendre les bases génétiques et moléculaires pour prédire les caractéristiques des hybrides ; développer des outils et des méthodes pour mieux maîtriser la culture. Décryptage du génome du tournesol pour, à terme, concevoir des variétés plus performantes ; création de la plateforme Heliaphen pour expérimenter 1 300 plantes de tournesol ; utilisation de SUNFLO pour la génétique et le phenotypage.
RAPSODYN Augmenter la production d’huile de colza et maintenir les rendements dans des environnements contrastés, tout en limitant l’apport d’azote. Caractérisation et utilisation de lignées semi-synthétiques pour augmenter la diversité génétique du colza ; analyse du fonctionnement de la plante en situation de faible nutrition azotée.
PHENOME Création d’une infrastructure et de méthodes permettant de caractériser des centaines de genotypes sous différents scénarios environnementaux liés aux changements climatiques. Système de Phenomobile, guidé par un GPS, pour estimer la surface foliaire rapidement et précisément (100 à 200 parcelles /heure) ; création d’un écosystème de PME autour du projet. Instrumentation de plateformes.
PeaMUST Permettre la sélection de nouvelles variétés de pois et de féverole, réduire leur dépendance aux facteurs de milieu et optimiser les interactions symbiotiques pour obtenir un rendement et une qualité de graine optimisée. Création de marqueurs d’intérêt pour la sélection; avancées génétiques pour la résistance à Aphanomyces euteiches, la tolérance au gel et la résistance de la féverole à la bruche.

 

Pour en savoir plus, consultez la présentation des projets par les trois instituts (Terres Inovia, ITB et Arvalis-institut du végétal (en pièce jointe)

- Document à télécharger :