Chargement en cours...

Gestion en cours de campagne des larves de grosses altises

Biologie

Les larves de grosses altises (Psylliodes chrysocephala) minent les pétioles des feuilles et peuvent migrer au cœur des plantes au stade rosette ou dans les jeunes tiges. Ceci perturbe la croissance au printemps et peut entraîner la destruction du bourgeon terminal en cas de forte attaque avant le décollement de la tige. 

Les larves de grosses altises mesurent de 1,5 à 8 mm. Elles sont blanches avec 3 paires de pattes. Elle présente une tête bien développée de couleur brune à noire, une plaque pigmentée à l’extrémité postérieure et des plaques pigmentées tout le long du corps. 

Fréquence : élevée 

Nuisibilité : moyenne à forte selon la dynamique de croissance et le développement du colza.

larves d'altises Dégâts larves d'altises

Ne pas confondre les larves de grosses altises avec celles de charançon du bourgeon terminal ou de mineuses. Ce qui la différencie le plus facilement des larves de charançons et des larves de mineuses est la présence de 3 paires de pattes.

En cas de Berlèse, être particulièrement vigilant, car les larves de mineuses (non nuisibles) peuvent être trouvées parfois en quantité importante dans les bassines.

larve de charancon, altise et mineuse

Espèces Larve de charançons Larve d'altise d'hiver Larves de mineuses
Critères discriminants Tête Oui Oui Non
Pattes Non Oui Non
Divers - Plaques pigmentées tout le long du corps et à l'extrémité postérieure -
Extractible par Berlèse Non Oui Oui

 

Gestion

La nuisibilité des larves est moindre sur des colzas développés et poussants à l’automne. Elle s’exprime plus fortement si le cœur des colzas est touché, ce qui est rare pour des colzas bien développés à l’automne même avec les seuils atteints. Cependant, si la reprise au printemps tarde (montaison bloquée avec un mois de mars froid), même des colzas bien développés en entrée d’hiver peuvent souffrir d’une attaque larvaire.

Stade sensible Piégage Seuil
Du stade 5 feuilles jusqu'à la reprise de végétation

Méthode Berlèse

A renouveler toutes les 3-4 semaines.

En l’absence de risque agronomique, intervenir au seuil indicatif de 5 larves par pied.

En cas de risque agronomique identifié, intervenir à partir du seuil indicatif de 2-3 larves par pieds.

Utiliser l'outil "Colza risque ravageurs"

Les pontes sont échelonnées. Ne pas se précipiter avant d’intervenir, de manière à faire « le plein » de larves. Tenir compte d’une intervention plus précoce sur charançon du bourgeon terminal, qui aura aussi une efficacité sur les larves d’altises présentes (efficacité dépendant des résistances en présence). Renouveler les berlèses toutes les 3-4 semaines y compris pendant l’hiver.

Quel insecticide choisir en cas de risque avéré et lorsqu’une intervention est nécessaire ? 

Etat des résistances des populations d’altises d’hiver

Secteur S-KDR larve

En cas d’intervention insecticide sur larves d’altises :  

  • La seule alternative efficace aux pyréthrinoïdes est BORAVI WG 1.5 ;
  • Dans le cadre d’une succession d’interventions contre charançon du bourgeon terminal et larves d’altises,
    • alterner pyréthrinoïde sur charançon du bourgeon terminal puis BORAVI WG sur larves d’altises 
    • ou réaliser deux applications de BORAVI WG 1.5 sur l’une et l’autre des cibles. (attention 2 applis max de BORAVI par campagne) ​​​​​​​

Le recours aux insecticides doit tenir compte du statut de résistance connu ou suspecté (cf. carte) des populations d’altises d’hiver mais également des populations de charançons du bourgeon terminal dans les secteurs où les deux ravageurs sont présents. En effet, un mauvais choix peut entrainer un échec immédiat et exercer une pression de sélection inutile, dans un contexte ou BORAVI WG est la seule alternative sur populations résistantes aux pyréthrinoïdes et où le nombre d’application de cet insecticide est limité à 2.

En résistance moyenne ou partielle des grosses altises (mutation KDR), les pyréthrinoïdes en « ine » conservent une certaine efficacité sur larves de grosse altise : la lambda-cyhalothrine (Karaté Zéon utilisé dans nos essais) est plus efficace que la deltaméthrine (Decis Protech dans nos essais), elle-même plus efficace que la cyperméthrine. L’étofenprox (Trebon 30EC) et le taufluvalinate (Mavrik Smart…) sont inférieurs et doivent être réservés à la lutte contre les méligèthes au printemps.   

Conseil de traitement en fonction des niveaux de résistance de l’altise d’hiver (GA) et du charançon du bourgeon terminal (CBT) aux pyréthrinoïdes.

Situation 1 : résistance SKDR généralisé pour les grosses altises

Secteurs concernés : BOURGOGNE FRANCHE-COMTE (Yonne, Côte d’Or, Nièvre, Jura, Haute-Saône), GRAND-EST (Aube, Marne, Haute Marne).

 

Grosse altise adulte  

selon dégâts sur plante et stade de la culture

Charançon bourgeon terminal 

Selon piégeage et risque agronomique

Grosse altise larve novembre 

Selon nombre larves/plante et risque agronomique

Grosse altise larve décembre/janvier 

Selon évolution durant hiver

Arrivée des GA adultes après 4 feuilles. Pas d’intervention contre les adultes de grosses altises
  - BORAVI WG 1.5 BORAVI WG 1.5 Panneau PVC Voie sans issue
ou - Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5 BORAVI WG 1.5
ou   - BORAVI WG 1.5 BORAVI WG 1.5

Si arrivée des GA avant 4 feuilles et seuil atteint : le contrôle des larves ne peut passer que par une seule intervention avec BORAVI WG. Seule la stratégie suivante est possible

  BORAVI WG 1.0 Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5 Panneau PVC Voie sans issue
  BORAVI WG 1.0 - BORAVI WG 1.5 Panneau PVC Voie sans issue

Panneau PVC Voie sans issue Si les 2 applications possibles de Boravi WG sont utilisées avant la cible larves d’altises (grosses altises adultes ou charançon du bourgeon terminal), c’est l’impasse, il n’y a plus de moyen efficace dans la lutte contre ces larves d’altise Super KDR.

Situation 2 : généralisé pour la grosse altise (absence de super KDR) + KDR généralisé pour le CBT

Secteurs : Eure et Loire, Indre et Loire, Ardennes, Essonne

 

 

Grosse altise adulte  

selon dégâts sur plante et stade de la culture

Charançon bourgeon terminal 

Selon piégeage et risque agronomique

Grosse altise larve novembre 

Selon nombre larves/plante et risque agronomique

Grosse altise larve décembre/janvier 

Selon évolution durant hiver

Si arrivée des GA adultes après 4 feuilles, pas d’intervention adultes
  - - BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde
ou - BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5

Si arrivée des GA avant 4 feuilles et seuil de 80% plantes avec morsures et 25% surface foliaire détruite :

  BORAVI WG 1.0 - Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5
ou BORAVI WG 1.0 Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde

Attention : si les 2 applications possibles de Boravi WG sont déjà utilisées sur adultes de grosse altise, seuls les pyréthrinoïdes pourront être utilisés sur charançon et larve de grosse altise avec un risque important de progression rapide des résistances, tout particulièrement dans les populations de grosses altises où les mutations SKDR sont déjà présentes.   

Situation 3 :

  • Résistance SKDR détectée ponctuellement pour la grosse altise  
  • Pas de résistance SKDR détectée mais résistance KDR généralisée pour la grosse altise + KDR ponctuel ou sensible CBT 

​​​​​​​Secteurs concernés :

 

AUVERGNE RHONE ALPES (tous les départements), BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE (Doubs, Saône-et-Loire), BRETAGNE (tous les départements), CENTRE VAL DE LOIRE (Loir-et-Cher, Cher, Indre, Loiret), GRAND EST (Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vosges, Meurthe et Moselle, Meuse), HAUTS DE FRANCE (tous les départements), IDF (Val-D'Oise, Hauts-de-Seine, Seine-St-Denis, Val-de-Marne, Yvelines, Seine-et-Marne), NORMANDIE (tous les départements), NOUVELLE AQUITAINE (tous les départements), OCCITANIE (tous les départements), PAYS DE LOIRE (tous les départements), PROVENCE-ALPES COTES D’AZUR (tous les départements). 

 

 

Grosse altise adulte  

selon dégâts sur plante et stade de la culture

Charançon bourgeon terminal 

Selon piégeage et risque agronomique

Grosse altise larve novembre 

Selon nombre larves/plante et risque agronomique

Grosse altise larve décembre/janvier 

Selon évolution durant hiver

Si arrivée des GA adultes après 4 feuilles, pas d’intervention adultes
  - - BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde
ou - Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde

Si arrivée des GA avant 4 feuilles et seuil de 80% plantes avec morsures et 25% surface foliaire détruite :

  BORAVI WG 1.0 - Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5
ou BORAVI WG 1.0 Pyréthrinoïde BORAVI WG 1.5 Pyréthrinoïde

Si les 2 applications possibles de Boravi WG sont utilisées sur adultes de grosse altise, seuls les pyréthrinoïdes pourront être utilisés sur charançon et larve de grosse altise avec un risque important de progression rapide des résistances, tout particulièrement dans les populations de grosses altises où les mutations SKDR sont présentes.  

Les ravageurs du colza sont tous régulés par de nombreux auxiliaires. Limiter les traitements insecticides autant que possible. Si un traitement se justifie, sur les insectes résistants, utiliser des produits efficaces au risque d’engendrer des pullulations d’insectes. Pour en savoir plus sur ces organismes, consulter l’article sur les auxiliaires.

 Pour en savoir plus sur les résistances.

petit guide ravageurs colza Terres Inovia​​​​​​​Le petit guide ravageurs du colza édition 2021 est disponible à la commande dans notre boutique.

 

insectes-ravageurs-caracterisation-de-la-sensibilite-aux-pyrethrinoides
Prestation
Insectes ravageurs : caractérisation de la sensibilité aux pyréthrinoïdes

Détermination de la sensibilité à la lambda-cyhalothrine de populations de grosses altises, de petites altises, de méligèthes, de différentes espèces de charançons du colza, et de différentes espèces de bruches (de la féverole, du pois ou de la lentille).

Nous contacter
colza-de-nouvelles-strategies-pour-limiter-l-usage-des-insecticides
Formation
Colza, de nouvelles stratégies pour limiter l’usage des insecticides

Face à la résistance des ravageurs aux pyréthrinoïdes, et au retrait de molécules, il est nécessaire de mettre en œuvre des pratiques visant la robustesse de la culture, mais également de favoriser la régulation naturelle des ravageurs par les auxiliaires des cultures.

S'inscrire à la formation
insectes-ravageurs-caracterisation-de-la-resistance-aux-pyrethrinoides-par-mutation-kdr
Prestation
Insectes ravageurs : caractérisation de la résistance aux pyréthrinoïdes par mutation kdr

Recherche par analyse moléculaire de mutations sur le gène du canal sodium responsables de baisse d’efficacité des pyréthrinoïdes chez des populations de grosses altises, de méligèthes, de différentes espèces de charançons du colza ou de bruches de la féverole.

Nous contacter
- Document complémentaire :