Chargement en cours...

Accompagner les producteurs pas à pas vers la diversification

18 juin 2021

Tournesol : un objectif de ré-équilibrage des surfaces

Le tournesol multiplie les atouts. Dès 2017, Terres Inovia s’est dotée d’une vraie stratégie pour donner confiance en cette culture, organisant ses travaux autour d’un re-équilibrage de la répartition de la culture. « Cette stratégie s’est avérée payante car, suite aux difficultés d’implantation du colza et des céréales d’hiver en 2019, le tournesol a retrouvé des surfaces dans des secteurs où il était marginal ces dernières années. L’institut a ainsi proposé de nombreuses actions et événements visant à faciliter l’appropriation de la culture en fonction de chaque contexte, comme, par exemple, sur différents types de systèmes de culture dans l’Est de la France », explique David Gouache.

 
Réussir la diversification des cultures


Terres Inovia agit également sur de nombreuses problématiques « orphelines », essentielles pour assurer la faisabilité de cultures de diversification. Ainsi, l’institut s’est mobilisé pour l’obtention de différentes dérogations en matière de désherbage, avec des fortunes diverses (positives en lupin, négatives en lentille).

Il a aussi fallu faire face à la perte de solutions en lin, avec la publication d’un guide dédié spécifiquement à ce thème pour passer tant bien que mal ce cap.
Le cas de la lutte contre les oiseaux, en tournesol notamment, relève là aussi d’une problématique orpheline, pour laquelle l’institut tente malgré tout de mobiliser la recherche ( "Oiseaux sur tournesol : Terres Inovia mobilise les experts internationaux" et "Lutte contre les dégâts d’oiseaux : résultats des travaux 2016-2019").
L’expertise de l’institut est mise à disposition, notamment dans ses emblématiques guides de culture, sur un nombre de plus en plus grand d’espèces : la lentille, le pois chiche, et récemment la cameline ont rejoint la famille des guides Terres Inovia. La technicité de l’institut est également mobilisée pour améliorer la performance des cultures conduites en agriculture biologique, comme par exemple pour la féverole tout récemment.


Protéagineux : trouver des solutions pérennes pour des cultures durables


« Les travaux de l’institut sur les protéagineux illustrent l’équilibre permanent pour répondre aux enjeux du présent et préparer l’avenir », précise David Gouache. La gestion de l’aphanomyces du pois voit enfin arriver des solutions, allant de l’arrivée des premières résistances partielles de variétés de pois de printemps à l’accroissement régulier des performances de pois d’hiver, qui confirme sa capacité d’évitement de la maladie, en passant par le lancement d’un nouvel Outil d’Aide à la Décision (OAD), nommé Eva, facilitant l’évaluation du risque à la parcelle.

L’institut est également engagé dans un travail de long terme pour trouver des solutions vis-à-vis des bruches – lutte génétique ou biocontrôle-, avec des partenaires comme INRAE et Agriodor notamment. Cette expertise a aussi été mobilisée pour rapidement cerner la biologie d'une nouvelle bruche inquiétante, celle de la lentille. L’institut est également très rapidement intervenu pour diagnostiquer les fortes attaques de viroses des protéagineux et proposer des conduites à tenir.