Chargement en cours...

31ème Carrefour de la sélection du tournesol : une journée riche autour d’acteurs mobilisés

25 mars 2020

Le 31ème Carrefour de la sélection tournesol, organisé par l’association Promosol, a eu lieu le 6 février 2020 à Auzeville (Haute-Garonne), au sein de l'INRAE.

Il a rassemblé une soixantaine de participants de la recherche publique, du GEVES, de la filière et des sélectionneurs de tournesol. Cet événement était animé par Nicolas Langlade, directeur de recherche à INRAE. Objectif : faire le point notamment sur l’avancée de projets de recherche financés par Promosol sur l’amélioration génétique du tournesol.

Des présentations et des échanges variés autour du tournesol

Au-delà de la présentation des projets financés par Promosol, cette journée a permis de nombreux échanges sur des sujets variés autour du tournesol, avec des intervenants passionnés, avec notamment :

  • Luc Ozanne, directeur d’investissement de Sofiproteol, a fait un point sur le marché international des huiles et protéines, et les enjeux pour la filière tournesol.
  • Jim Westwood, professeur au Virginia Tech College of Agriculture and Life Sciences, a présenté des travaux de recherche pour mieux comprendre les mécanismes de la spécificité des stimulants de germination chez les Orobanches (Plantes parasites).
  • Emmanuelle Mestries, expert en épidémiologie chez Terres Inovia, et Jean-Noel Aubertot (INRAE, AGIR) ont détaillé deux nouveaux modèles en cours de construction pour gérer le risque de certaines maladies du tournesol. L’un, Sunflower_Pest, analyse les effets de différentes dynamiques de six bio-agresseurs du tournesol sur l’élaboration du rendement. L’autre, baptisé SimMat Diaporthe, vise à prédire le risque phomopsis. Ce dernier sera évalué sur le terrain par Terres Inovia dès cette année pour valider son utilité.

Quelles sont les conséquences socioéconomiques des nouveaux idéotypes de tournesol ?

Mikael Akimowicz (LEREPS) et Nicola Gallai (ENSFEA) ont présenté leurs analyses, réalisées dans le cadre du projet SUNRISE, à l’échelle de l’exploitation, de la filière et du territoire. Des entretiens avec différents acteurs aux interactions complexes ont permis de mettre en avant les facteurs d’adoption de l’innovation variétale en tournesol par les agriculteurs français.

La plateformeTPMP (Toulouse Plant Microbe Phenotyping) dédiée au phénotypage automatisé

Crédit photo : Terres Inovia

En outre, une visite de la plateforme TPMP (Toulouse Plant Microbe Phenotyping) dédiée au phénotypage automatisé à haut débit et en conditions contrôlées d’espèces végétales a permis de réfléchir aux modèles d’intérêt agronomique et des microorganismes qui leur sont associés. Elle permet un suivi non invasif des plantes (par imagerie visuel, infrarouge, fluorescence par exemple) en milieu et de simuler des conditions climatiques et environnementales précises. Elle est aussi compatible avec l’utilisation d’organismes particuliers, notamment ceux de quarantaine.

Le point sur les projets financés par Promosol

Le Carrefour fut l’occasion de suivre l’avancée de quatre projets de recherche en cours :

RESODIV (Coordinatrice : Mireille Chabaud, INRAE LIPM Auzeville)

Dans ce projet collaboratif entre l’INRAE et l’Université de Cordoba (Espagne), les équipes de recherche viennent en aide au tournesol pour lutter contre une plante parasite en émergence, l’Orobanche cumana. Des variétés résistantes existent déjà, mais le bio-agresseur pourrait les contourner. Pour anticiper ce problème, les chercheurs explorent la diversité génétique chez les espèces du genre Helianthus, auquel appartient le tournesol, afin de trouver de nouvelles sources de résistance. Ils pourront mettre à disposition des sélectionneurs du matériel résistant, avec des mécanismes de défenses variés identifiés dans le projet, dont le cumul permettra de créer de nouvelles variétés à résistance durable.

DEMELER (Coordinateur : Pierre Casadebeig, INRAE AGIR Auzeville)

Au cours de ces trente dernières années, le rendement du tournesol a évolué…mais dans quel sens ? Y a-t-il eu du progrès génétique avec le travail des sélectionneurs ? Quel est l’effet du climat et des pratiques culturales sur la variabilité du rendement entre les variétés d’aujourd’hui et celles d’hier ? Ce projet vise à répondre à ces questions. Résultat en 2022.

HELIADIV 2 (Coordinatrice : Brigitte Mangin, INRAE LIPM)

Le réseau « Helianthus », géré par l’INRAE avec le concours des semenciers, vise à multiplier et conserver des ressources génétiques de tournesol, qui sont indispensables pour créer de nouvelles variétés. Pour les utiliser et continuer de les enrichir efficacement, il est important de les caractériser d’un point de vue phénotypique, pour différents critères d’intérêt comme la tolérance au stress hydrique. Mais la caractérisation est longue, fastidieuse, dès lors que l’on souhaite évaluer plusieurs centaines de génotypes de tournesol. Pour faciliter ce travail, l’INRAE s’est proposé d’utiliser des modèles de sélection génomique pour prédire le comportement des lignées et faciliter le travail de création variétale.

HELIAPHEN (Coordinateur : Philippe Burger, INRAE AGIR)

Ce projet vise à développer des méthodes phénotypiques de la sénescence foliaire chez le tournesol à 3 niveaux (organe, plante en pot, peuplement), pour différencier des génotypes avec des comportements contrastés, mais aussi des connaissances sur le contrôle génétique de la sénescence. Ce projet est en collaboration avec les projets Sunrise, Phénome, et les équipes de l’INTA de Castelar et Manfredi en Argentine.

Promosol, qu’est-ce que c’est ?

Depuis 1977, l’association PROMOSOL soutient les travaux autour de la sélection des plantes oléagineuses (colza et tournesol) et encourage les actions favorisant la diffusion du progrès scientifique. Concrètement, l’association définit des priorités de recherche, finance des programmes de recherche considérés comme stratégiques et diffuse des résultats aux sélectionneurs et aux agriculteurs. Terres Inovia, avec l’INRAE, Terres Univia et l’UFS, est membre de Promosol.