Automne

Surveillance et lutte contre les larves de grosses altises (très fréquent, nuisible)

larves d'altises Dégâts larves d'altises

 

Biologie

Larve de 1,5 à 8 mm, blanche, allongée avec 3 paires de pattes. Deux extrémités colorées : tête brun foncé et plaque pigmentée à l’extrémité postérieure en fin de vie larvaire. 

Les larves minent les pétioles des feuilles et peuvent migrer au cœur des plantes au stade rosette ou dans les jeunes tiges. Ceci perturbe la croissance au printemps et peut entraîner la destruction du bourgeon terminal en cas de forte attaque avant décollement de la tige.

 
Stade sensible Piégage Seuil
Du stade 5 feuilles jusqu'à la reprise de végétation

Méthode Berlèse

7 plantes sur 10 touchées ou 2-3 larves par plantes

Intervention

Les altises d’hiver ont développé des résistances au pyréthrinoïdes. 

Dans le cas général (hors secteur avec forte résistance) utiliser Daskor 440 (association organo-phosphoré + pyréthrinoïde). Cela permet de réduire la pression de sélection sur pyréthrinoïdes, qui conservent entre 25 et 75% d’efficacité. 

Sur l’ensemble de l’Yonne et des départements voisins, le niveau de résistance aux pyréthrinoïdes est élevé. Utiliser préférentiellement Boravi WG 1,5 kg/ha (éventuellement Daskor 440 si Boravi WG n’est pas disponible).

Si une intervention plus précoce a été réalisée sur charançon du bourgeon terminal, celle-ci pourra avoir une efficacité sur les larves d’alises : vérifier le niveau d’efficacité environ 3 semaines après l’application. 

Les pontes intervenant de manière échelonnée, les larves émergent et pénètrent peu à peu dans les plantes. Attendre de faire « le plein » avant d’intervenir (la nuisibilité s’exprime surtout pendant l’hiver).

*L’utilisation des insecticides à base de néonicotinoïdes comme PROTEUS, HOREMEV200 est interdite depuis le 1er septembre 2018.

- Document à télécharger :