Automne

Surveillance et lutte contre la grosse altise adulte (altise d’hiver)

Biologie

Gros coléoptère « sauteur » de 3 à 5 mm. Corps noir et brillant avec des reflets bleus métalliques sur le dos. Extrémités des pattes, des antennes et de la tête, roux doré.  

La grosse altise, fréquente et très nuisible, occasionne des morsures circulaires, perforantes ou non de quelques millimètres dans les cotylédons et les jeunes feuilles (dégâts identiques aux petites altises). 

grosse altise sur colza

Stade sensible Piégeage Déclenchement des vols Seuil indicatif
De la levée au stade 3 inlus Cuvette jaune enterrée

Chute puis remontée des températures maximales journalières au-dessus de 20°C 

Vols autour du 20 septembre (variable selon les régions

8 pieds sur 10 avec morsures 

En cas de levée tardive après le 1er octobre -> 3 pieds / 10 avec morsures 

​​​​​​​

 

Surveiller la culture pendant toute la période de sensibilité à l’aide de cuvettes jaunes. Attention, une fois la présence des insectes détectée, la décision d’intervention ne se décide que par l’observation des attaques sur plantes et non par les captures en cuvettes. 

carte des résistances altise

Intervention

Contre les altises adultes, intervenir au seuil de 8 pieds sur 10 avec morsures avant le stade 4 feuilles.

Attention, cette fréquence de pieds peut rapidement être atteinte en 24 à 48 H en cas d’arrivée massive du ravageur. Ce seuil indicatif correspond à un risque de perte de pieds important dans les parcelles, en lien avec les attaques de GA adultes pendant la phase de croissance lente des plantes. En cas de levée tardive (après le 01/10), la phase de croissance lente du colza dure plus longtemps et le seuil sur adulte peut être abaissé à 3 pieds sur 10 avec morsures. 

Si une intervention est nécessaire, n’intervenir qu’une seule fois sur adulte en utilisant de préférence un organophosphoré seul (Boravi WG 1 kg/ha à incorporer dans une eau à pH 5,5), en particulier dans les secteurs où des résistances fortes aux pyréthrinoïdes ont été détectées (cf. carte).  

Privilégier un traitement en soirée (l’adulte est actif en début de nuit). Cette intervention sur adulte n’aura que peu d’impact sur les infestations larvaires qui peuvent être visibles à l’entrée de l’hiver. C’est pourquoi, elle doit rester exceptionnelle. N’intervenir qu’en cas de mise en danger du peuplement des parcelles.

Les ravageurs du colza sont tous régulés par de nombreux auxiliaires. Limiter les traitements insecticides autant que possible. Si un traitement se justifie, sur l​​​​​​​es insectes résistants, utiliser des produits efficaces au risque d’engendrer des pullulations d’insectes. 

Pour en savoir plus sur ces organismes, consulter l’article sur les auxiliaires. 

 

*L’utilisation des insecticides à base de néonicotinoïdes comme PROTEUS, HOREMEV200 est interdite depuis le 1er septembre 2018.

Tableau en cours d’actualisation

- Document à télécharger :