Chargement en cours...

Lutter préventivement contre les maladies du pois de printemps

Article rédigé par
  • Anne MOUSSART (a.moussart@terresinovia.fr)
Lutter préventivement contre les maladies du pois de printemps
    Imprimer cette page
    Modifié le : 29 août 2023

    Il existe un certain nombre de règles à respecter pour anticiper les risques maladies :

    A l’échelle de la succession culturale

    Respecter les fréquences de retour conseillées

    Une fréquence de retour de 6 ans minimum est conseillée pour réduire les risques de maladies, en particulier les maladies racinaires.

    Bien choisir ses couverts

    Ne pas cultiver de pois ou d’espèces/variétés de légumineuses sensibles à l’aphanomyces dans les couverts ou en tenir compte dans la fréquence de retour du pois en culture de rente.

    Eviter les repousses

    Les repousses de pois peuvent multiplier certains pathogènes responsables de maladies racinaires,  en particulier l’aphanomyces.

    A l’échelle de l’itinéraire technique

    Choix de la parcelle : vérifier le risque  aphanomyces

    L’outil Eva permet de classer la parcelle dans un niveau de risque, faible ou élevé. Le test biologique de Potentiel Infectieux (PI) aphanomyces est complémentaire de l’outil Eva. Il permet de connaitre précisément le potentiel infectieux de la parcelle et d’affiner les choix, en particulier si la parcelle est classée en risque élevé.

    Privilégier les variétés récentes

    Pour limiter le développement de certaines maladies aériennes (ascochytose, botrytis, mildiou), il est important de privilégier les variétés récentes, plus haute et présentant une bonne tenue de tige. Ces variétés permettent en effet d’avoir un couvert plus aéré, créant ainsi un microclimat moins favorable aux maladies.

    Par ailleurs, dans le cas de l’aphanomyces, 3 variétés présentent une note de préservation du rendement.

    Respecter les densités de semis préconisées

    Il est essentiel de ne pas semer trop dense. Un couvert dense maintient l’humidité et favorise ainsi le développement des maladies.

    Semer dans de bonnes conditions

    Semer dans un sol réchauffé et ressuyé permet de limiter les risques, en particulier pour les maladies racinaires

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    L’anthracnose sur lupin : surveillance et lutte
    >Lire l'article
    soja derobe datura
    Gestion des adventices difficiles en tournesol et en soja
    >Lire l'article