Chargement en cours...

Lutter préventivement contre les maladies du pois

Il existe un certain nombre de règles à respecter à l’échelle de la succession culturale et de l’itinéraire technique pour anticiper les risques maladies :

Respecter les fréquences de retour conseillées

Une fréquence de retour de 6 ans minimum est conseillée pour réduire les risques de maladies, en particulier les maladies racinaires.

Bien choisir ses couverts

Ne pas cultiver de pois ou d’espèces/variétés de légumineuses sensibles à l’aphanomyces dans les couverts ou en tenir compte dans la fréquence de retour du pois en cuture de rente.

Eviter les repousses

Les repousses de pois peuvent multiplier certains pathogènes présents dans le sol, en particulier l’aphanomyces.

Réaliser un test aphanomyces avant implantation

Il est essentiel de réaliser un test de Potentiel Infectieux (PI) aphanomyces avant toute culture de pois. Le pois d’hiver échappe partiellement à la maladie mais peut multiplier l’agent pathogène surtout en cas d’hiver doux. Il ne doit pas être cultivé si le Potentiel Infectieux (PI) de la parcelle est supérieur à 2,5.

Privilégier les variétés récentes

Pour limiter le développement de certaines maladies aériennes (ascochytose, botrytis, mildiou), il est important de privilégier les variétés récentes, plus hautes et présentant une bonne tenue de tige. Ces variétés permettent en effet d’avoir un couvert plus aéré, créant ainsi un microclimat moins favorable aux maladies.

Les variétés résistantes au froid sont également à privilégier. Les blessures occasionnées par le gel constituent des portes d’entrées pour les agents pathogènes, en particulier pour Pseudomonas syringae pv pisi, agent de la bactériose.

Utiliser un traitement de semences

Le traitement de semence (WAKIL XL, 0,2 kg/q) permet une protection efficace contre les fontes de semis (Pythium sp, Rhizoctonia solani, Fusarium sp) et les attaques précoces de mildiou (Peronospora pisi), particulièrement dommageables.

Respecter les dates et densités de semis préconisées

Il est essentiel de ne pas semer le pois d’hiver trop tôt pour éviter un développement précoce de l’ascochytose et limiter le risque bactériose. Il est également essentiel de ne pas semer trop dense. Un couvert dense maintient l’humidité et favorise donc le développement des maladies.

ascochytose sur feulles pois

Ascochytose sur pois

WAKIL XL : qu’en est-il pour la prochaine campagne ?

Le WAKIL XL est un traitement de semence fongicide. Homologué sur pois, féverole et lupin, il permet de lutter contre le mildiou, l’ascochytose et l’anthracnose, maladies transmises par les semences, ainsi que la fonte des semis. WAKIL XL est composé de 10 % de cymoxanil, 5 % de fludioxonil et 16.96 % métalaxyl-M.

La substance active « métalaxyl-M » a été ré-approuvée en Europe pour 15 ans, mais l’utilisation des semences protégées avec cette substance est restreinte uniquement sous serre à partir du 1er juin 2021.

Les semis en plein champ de semences protégées avec du métalaxyl-M (produit WAKIL XL) ne sont donc plus possible après cette date. Des études complémentaires sont en cours d’instruction à l’EFSA (l’agence européenne d’évaluation) afin de lever ces restrictions. 

Dans cette attente, Terres Inovia, comme d’autres filières, a déposé début juin une demande de dérogation 120 jours, selon l’art53 du règlement 1107/2009. Elle concernant le pois, la féverole et le lupin d’hiver. Une réponse est espérée dans le courant du mois de juillet. 

Pour les protéagineux de printemps, une seconde demande sera faite dans un second temps