Chargement en cours...

Caractérisation des variétés vis-à-vis de la vigueur et des ravageurs : où en sont les travaux de l’institut ?

06 juil. 2020

Dans un contexte de diminution des solutions phytosanitaires, d’évolution du climat et d’augmentation des problématiques ravageurs, Terres Inovia innove son expérimentation variétale afin d’évaluer de nouveaux caractères d’intérêts pour les producteurs de colza.

Evaluation de la résistance partielle des variétés de colza au virus TuYV transmis par le puceron vert : le bilan après 3 années d’évaluation.

24 variétés sont actuellement qualifiées à résistance partielle au TuYV. Depuis 2018, Terres Inovia en collaboration avec le GEVES, qualifie les variétés de colza vis-à-vis de leur résistance partielle au virus de la jaunisse du navet (TuYV), transmis par le puceron vert du pêcher (la liste des variétés est disponible dans le PDF en bas de page).

La méthodologie d’évaluation est basée sur le calculs deux variables : le pourcentage de plantes infectées (fréquence de plantes dans lesquelles le virus est détecté) et la charge virale de la plante (quantité de virus contenue dans la plante). Le virus est détecté à l’aide de l’outil sérologique (anticorps) selon la technique ELISA par le laboratoire de l’INRAE de Montpellier. Pour qu’une variété soit reconnue comme « à résistance partielle au TuYV », les résultats doivent être similaires aux témoins « à résistance partielle » et différents du témoin « non résistant ».

Sur 3 ans, les résultats montrent que la résistance est efficace dans la plupart des situations mais ils confirment l’aspect « partielle » de la résistance en cas de forte pression. La présence du virus est variable selon les années. A l’automne, la charge virale et la fréquence de plantes touchées sont dans la plupart des cas significativement inférieures au témoin non résistant pour les variétés à résistance partielle. Au printemps, les différences sont plus faibles voire nulles par rapport aux variétés classiques dans les cas de très fortes pressions. En parallèle de ces essais, la relation entre la présence du virus et la performance rendement de la variété a été étudiée en 2018 (étude disponible ici). L’étude montre que la performance rendement associée aux critères agronomiques historiques du choix variétal doit rester essentielle (ex : phoma, verse, élongation…) et que le bon comportement en présence du virus TuYV est un plus mais ne doit pas être le premier critère recherché.

Liste des variétés TuYV, détails de la méthodologie et des conclusions à retrouver dans le PDF en bas de page.

Evaluation de la vigueur des variétés de colza : les principaux enseignements des 3 années d’études

Le terme « vigueur » nécessite d’être précisé en mentionnant la phase du cycle à laquelle il fait référence. La « vigueur à la levée » (1) désigne la capacité de réduction de la durée entre le semis et la levée de la plante. La « vigueur de départ » (2) concerne la phase entre la levée du colza et le stade 3-4 feuilles qui est un stade important dans la lutte contre les morsures d’altises (fin de nuisibilité). La « vigueur automnale » (3) désigne la capacité de la variété à se développer rapidement entre le stade 3-4 feuilles et l’entrée de l’hiver, phase du cycle où les larves d’altises d’hiver et de charançon du bourgeon terminal peuvent se développer dans le colza.

Des notes visuelles sont couramment utilisées pour mesurer la vigueur mais sont trop peu précises (cf. résultats des essais dans le PDF en bas de page). Terres Inovia a donc mis au point une méthodologie innovante d’évaluation de la vigueur basée sur l’analyse d’image. L’acquisition a été réalisée en utilisant des images photographiques d’abord avec un appareil photo (2017 et 2018) puis avec un drone (2019). A l’aide d’un logiciel, l’analyse des images est réalisée par détection du pourcentage de « vert » qui correspond à la variable agronomique de pourcentage de couverture du sol. Plusieurs prises de vue sont réalisées à l’automne afin de mesurer la dynamique de couverture du sol.

Deux variables principales sont utilisées. Pour caractériser la vigueur de départ de la variété, le pourcentage de couverture du sol à 3-4 feuilles du colza est déterminé. L’aire sous la courbe d’évolution de la couverture du sol à l’automne est calculée pour évaluer la vigueur à l’automne. Puis une étude statistique est réalisée pour chaque variable. Une ANOVA est calculée pour vérifier si « l’effet variété » est significatif et s’il y a des interactions. Une classification ascendante hiérarchique permet de déterminer 5 groupes de variétés à vigueur « proche statistiquement ».

Nous pouvons conclure de la première année d’étude que la variété a plus d’effet sur la vigueur de départ que le lot de semence. L’effet environnement (sol, climat et itinéraire technique) est très important sur le rendement final. Les pratiques culturales restent donc des leviers agronomiques très significatifs sur la vigueur (qualité de semis, travail du colza, matériel…). L’effet PMG est non significatif sauf lorsqu’il est inférieur à 3.5g ce qui est rare en lots de semences certifiées. La vigueur à la levée est fortement corrélée à la vigueur au départ. Il est nécessaire de multiplier les essais pour caractériser une variété (variabilité possible).

Sur les 3 années d’études de la vigueur au départ, les différences maximales observées entre variétés sont de 10 à 15% de surface foliaire. Les essais ont permis de valider la méthodologie par analyse d’images par drone.

L’étude la vigueur automnale à l’automne 2019 montre un effet variété significatif. La différence de couverture maximale du sol en fin d’automne est également significative et est de 12% entre les groupes de variétés extrêmes. Les profils de croissance et de couverture maximale sont différents selon les sites d’essais. L’effet environnement reste donc prépondérant (autres leviers agronomiques importants).

Détails des résultats vigueur au départ et à l’automne et groupes de variétés à retrouver dans le PDF en bas de page.

Les travaux d’évaluation du comportement des variétés vis-à-vis des larves de deux ravageurs d’automne (altise d’hiver et charançon du bourgeon terminal)

La variabilité variétale est mesurée pour plusieurs variables

11 dispositifs variétés/ravageurs spécifiques ont mis en place durant la campagne 2019-2020. 4 essais variétés avec répétitions et entièrement non traités insecticides ont été implantés dont 3 dans le Centre-Val-de-Loire et 1 en Bourgogne. En parallèle, 7 autres dispositifs sont mis en place avec un ajout d’un 4ème bloc non traité insecticides dans 7 essais du réseau variétés conduits par les stations Terres Inovia (VCE).

Les prélèvements de biomasse à l’entrée de l’hiver montrent des différences significatives entre variétés en moyenne de 200g/m² entre les groupes « stats » extrêmes de variétés, ce qui représente 10u d’azote absorbé en plus par le colza à l’automne. A la sortie hiver, on constate une différence moyenne de 280 g/m² entre groupes « stats » extrêmes de variétés, soit une équivalence de 18u d’azote absorbé en plus par le colza en sortie d’hiver. Mais l’effet variétal n’est pas significatif dans les tests statistiques.

mesure de la biomasse colza

La perte de biomasse pendant l’hiver est calculée mais l’intérêt de cette variable n’est pas mis en évidence dans l’étude. Pour cette variable, il sera nécessaire d’acquérir plus de références et de préciser la méthodologie lors des prochaines campagnes.

La présence de larves d’altises d’hiver est observée sur les 11 dispositifs par prélèvement de biomasse et comptage (méthode Berlèse), soit plus de 400 parcelles. L’effet variété est significatif entre les groupes de variétés extrêmes. La différence moyenne est de 2 larves par plante. (cf. tableaux du PDF en fin de page).

cuvettes larves colzaComptage larves dans colza

Les dégâts des larves de ravageurs sont observés par 2 types d’observations. Les observations de plantes déformées dont la principale cause est la présence de larves d’altises d’hiver montre une différence moyenne entre les « groupes stats extrêmes » de variétés de 15% de plantes déformées. Les observations de plantes fasciées (port buissonnant) montrent des différences significatives avec une différence moyenne entre « groupes stats extrêmes » de variétés de 21% de plantes fasciées (ports buissonnants). Les plantes fasciées sont synonymes principalement de présence de charançon du bourgeon terminal mais la présence de larves d’altises d’hiver est possible.

Le pourcentage de plantes « saines » peut être calculé à partir des deux variables précédentes. On constate un effet significatif de la variété pour cette variable avec une différence moyenne entre les « groupes stats extrêmes » de variétés de 25% (50% de plantes saines contre 75%).

Détails des résultats variétés/ravageurs et groupes de variétés à retrouver dans le PDF en bas de page.

 Tableau bilan des analyses statistiques études Terres Inovia variété et ravageurs 2020 - liste variétés VCE colza 2019-2020

Nom de la variété Résistance partielle au TuYV

Vigueur départ
Groupes "stat"
de 1 à 5

Vigueur automne
Groupes "stat"
de 1 à 5

Biomasse moyenne*
Groupes "stat"
de 1 à 5

Nombre de larves d'altises par plante
Groupes "stat"
de 1 à 5

Pourcentage de plantes saines
Groupes "stat"
de 1 à 5

ADDITION oui 3 3 2 2 2
AMBASSADOR oui 1 1 2 3 4
AMPLITUDE oui 4 4 1 5 1
ARCHITECT oui 3 3 2 5 5
BLACKBUZZ - 5 4 3 2 3
BLACKMILLION - 5 5 4 4 5
CADRAN oui 4 3 2 4 2
DK EXCEPTION - 4 4 3 3 5
DK EXCITY - 3 4 5 4 4
DUKE oui 5 3 2 4 3
DUPLO oui 3 3 3 5 3
ES CAPELLO - 4 3 3 2 3
FELICIANO KWS oui 3 3 5 1 1
LG AVIRON oui 2 2 1 2 4
PICASSO oui 5 3 2 3 1
SY MATTEO - 2 2 2 3 3
TEMPO oui 4 3 3 5 4
TEMPTATION oui 3 3 2 5 4
             

Groupes "stats"

(classification ascendante hiérarchique)

Vigueur départ
Moyenne par groupe

Vigueur automne
Moyenne par groupe

Biomasse moyenne*
Moyenne par groupe

Nombre de larves d'altises par plante
Moyenne par groupe

Pourcentage de plantes saines
Moyenne par groupe

1 13.4% de couverture 1189 AUC 1204 g/m² 3.2 larves/plante 76% plantes saines
2 10.9% de couverture 1086 AUC 1129 g/m² 3.8 larves/plante 68% plantes saines
3 9.3% de couverture 979 AUC 1068 g/m² 4.3 larves/plante 63% plantes saines
4 8.5% de couverture 931 AUC 989 g/m² 4.6 larves/plante 39% plantes saines
5 7.8% de couverture 885 AUC 913 g/m² 5.2 larves/plante 50% plantes saines

Groupe « stats » : classification ascendante hiérarchique par groupe de variétés = regroupement des variétés selon leur proximité statistique (groupe 1 : variétés les plus favorables, groupe 5 : variétés les moins favorables) / AUC : Aire sous la courbe / * : calcul biomasse moyenne méthode réglette azote Terres Inovia / - : pas d’info

Les autres caractéristiques agronomiques et les performances restent essentielles. Retrouvez tous les résultats de ces variétés sur Myvar.

Contact : Arnaud VAN BOXSOM (a.vanboxsom@terresinovia.fr)

- Document à télécharger :