Chargement en cours...

Irriguer est souvent nécessaire dans le Sud pour sécuriser les rendements

Article rédigé par
  • Charlotte CHAMBERT (c.chambert@terresinovia.fr), Luc CHAMPOLIVIER (l.champolivier@terresinovia.fr)
Irriguer est souvent nécessaire dans le Sud pour sécuriser les rendements
    Imprimer cette page
    Modifié le : 25 mars 2019

    Dans le Sud-Ouest et en agriculture conventionnelle, le soja en sec n'est compétitif que dans des sols très profonds (sols argilo-limoneux de fond de vallée avec une réserve utile supérieure ou égale à 150 mm) et dans les zones les moins contraintes au niveau hydrique (sud de l'Aquitaine, sud-ouest du Gers).

    irrigation d'une parcelle de soja

    Dans ces situations, les rendements moyens de soja en sec sont le plus souvent compris entre 20 et 25 q/ha, avec une variabilité entre années supérieure au soja irrigué.

    Dans le Sud, hormis les situations peu contraintes en eau, le risque d'obtenir des rendements de soja inférieurs à 15 q/ha est élevé en sec. L'irrigation, avec un nombre suffisant de tours d'eau, est alors nécessaire pour sécuriser et augmenter ces rendements.

    Réserve utile en eau du sol Rendement moyen du soja conduit avec une irrigation optimale Rendement moyen du soja en sec (q/ha)* Rendement moyen du soja en sec obtenu sur 5 années parmi les 10 plus sèches (q/ha)
    Sol profond (RU=150 mm) 35 - 40 q/ha 21 14
    Sol intermédiaire (RU=100 mm) 35 - 40 q/ha 15 9

    * étude fréquentielle sur la station de Blagnac-31, période 1990-2003, données climatiques Météo-France, rendements estimés en fonction de la disponibilité en eau sur le cycle du soja.

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    Bruche sur féverole
    Bruche : des graines perforées
    >Lire l'article
    Diagnostiquer les maladies aériennes de la féverole au remplissage des gousses
    >Lire l'article