Chargement en cours...

Ravageurs de la lentille durant le remplissage des gousses

Le puceron vert

Le puceron vert du pois (Acyrthosiphon pisum), mesure de 3 à 6 mm et est de couleur vert clair, parfois rose. En s’installant sur les lentilles pour y prélever de la sève, il provoque des dégâts directs (affaiblissement de la lentille, avortement des boutons floraux, gousses ouvertes, réduction du nombre de gousses et du PMG) et est également vecteur de virus. S’il colonise les parcelles en général au début de la floraison, il peut, comme en 2020, arriver de manière précoce sur des plantes à des stades jeunes, entraînant une pression importante parfois difficile à maitriser, et une transmission plus impactante de virus.

Puceron vert sur lentille

Règle de décision
Surveiller les parcelles de lentille dès le début du printemps surtout en cas d’hiver doux.
 
Si les pucerons apparaissent à la date habituelle au moment de la floraison, observez les auxiliaires. En effet coccinelles et syrphes, naturellement présents dans les bordures de champs peuvent faire retomber la pression sous le seuil d’intervention. Si ces auxiliaires sont présents tôt, reporter la décision d’intervenir en fonction de l’évolution des populations.

Stade sensible Comment les détecter Conditions favorables Seuil
Avant boutons floraux Observation directe sur plante

Hiver doux

Printemps chaud et sec

Plus de 10% des plantes portent des pucerons

*Si seuil atteint : pyréthrinoïde autorisé pucerons 
Début floraison à fin floraison + 2-3 semaines  2-3 pucerons par plante

(Mention abeilles impérative).

Si seuil atteint : SUMI-ALPHA 0.4 l/ha

*Avant 6 feuilles, si les sitones nécessitent également une intervention, utiliser un pyréthrinoïde autorisé pucerons et sitones.

ATTENTION : 9 virus peuvent infecter différentes espèces de légumineuses (pois, féverole, lentille et pois chiche) et sont tous transmis par le puceron vert du pois (Acyrtosyphon pisum), le puceron noir de la féverole (Aphis fabae) ou encore le puceron vert du pêcher (Myzus percicae).

En savoir plus

La bruche

Sur lentille, on identifie principalement Bruchus lentis et Bruchus signaticornis qui sont différentes de la bruche du pois (Bruchus pisorum) et de la féverole (Bruchus rufimanus). La femelle pond sur les jeunes gousses ; les larves non baladeuses se développent dans les graines avant d’en ressortir au moment de la récolte ou en cours de stockage, laissant à leur place un « trou », fortement préjudiciable pour les débouchés de l’alimentation humaine et semence.

oeufs de bruche sur gousse de lentille

Deux conditions doivent être réunies pour que la bruche soit préjudiciable à la culture :

  • La présence de fleurs, qui attirent l’adulte
  • La présence de gousses, lieu de ponte

D’après les travaux menés par l’ANILS en 2018, les bruches arrivent sur les parcelles avant l’apparition des fleurs et des gousses, pour se reproduire et se nourrir.

Des températures supérieures à 20°C favorisent leur activité.

Aucun produit n’est homologué sur la bruche de la lentille.

La gestion de la bruche se fait à ce jour uniquement au stockage. Cette lutte doit être collective si on veut réduire significativement les populations présentes dans l’environnement.

Article co-rédigé avec