Chargement en cours...

Terres Inovia et INRAE allient leurs compétences en génétique et protection des cultures au sein d’un laboratoire partenarial associé

07 juil. 2021

Terres Inovia, l’institut technique de la filière des huiles et protéines végétales, et INRAE mettent en commun leur savoir-faire dans un laboratoire partenarial associé. Le programme de recherche et de développement de ce nouveau laboratoire permettra de produire des connaissances, méthodes et outils pour gérer la protection des cultures oléoprotéagineuses dans des environnements complexes et fluctuants et de les déployer sur le terrain par des outils et des conseils utiles aux producteurs.

En réponse à la Stratégie Nationale Protéines Végétales, les résultats de ces travaux communs conforteront la capacité à produire en complémentarité les légumineuses et oléagineux, pour répondre à la demande des marchés en protéines locales et durables, et contribuer à la souveraineté nationale.


Deux entités très complémentaires au service des oléoprotéagineux


En associant généticiens des plantes, agronomes, pathologistes, entomologistes, et écologues, Terres Inovia et INRAE souhaitent créer un pôle fort en protection des cultures oléoprotéagineuses. L’enjeu de ce laboratoire partenarial est de couvrir toute la chaîne de la recherche et du développement sur la protection des cultures oléoprotéagineuses, de la création variétale et de l’étude des bioagresseurs jusqu’aux pratiques des agriculteurs. Il est en effet essentiel de renforcer les liens entre recherches fondamentales et appliquées pour produire des solutions agricoles mieux adaptées à la période difficile vécue par les cultures. De l’amont à l’aval, l’enjeu est d’offrir, par le biais d’une dynamique collective et la complémentarité des compétences de chaque partenaire, des solutions appliquées à proposer aux agriculteurs.
C’est pourquoi 9 salariés de Terres Inovia rejoindront, dès fin 2021, les 4 collaborateurs de l’institut technique déjà présents sur le site du Rheu (35) pour travailler sur des actions communes avec des collaborateurs de l’IGEPP (Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes), une Unité Mixte de recherche INRAE, Agrocampus Ouest et Université de Rennes 1.

Concrètement, les objectifs du laboratoire seront :

​​-d’identifier les bioagresseurs prévalents ou en émergence mais aussi leur nuisibilité et leur évolution en fonction des changements de pratiques ou climatiques;
-cibler les facteurs de résistance à utiliser pour créer des variétés multi-résistantes en fonction des bioagresseurs, de la diversité et de l’adaptation des populations ainsi que des itinéraires techniques;
-déterminer les interactions bénéfiques à mobiliser en synergie avec le levier variétal.

Un laboratoire dédié à la recherche et développement de systèmes de culture durables dans une période stratégique pour la filière

Les oléoprotéagineux sont aujourd’hui cultivés dans un objectif de production, en répondant à des besoins pour lesquels des débouchés existent, mais aussi dans un but de diversification. Ils permettent de maintenir, voire d’augmenter, la diversité des cultures dans des rotations à base de céréales. Pour être cultivées de manière durable, ces espèces, et en particulier le colza et les légumineuses, ont à relever plusieurs défis pour lesquels les travaux en matière de protection des cultures sont essentiels.

Pour maintenir l’intérêt des producteurs pour ces cultures, améliorer la régularité des rendements est essentiel. L’irrégularité des rendements est liée aux aléas climatiques et aux attaques de maladies et de ravageurs. Les pertes de rendements sont souvent exacerbées lorsque les dégâts de bioagresseurs s’ajoutent aux stress abiotiques. Par exemple, les attaques d’altises ou de charançons à l’automne sur des colzas peu poussants conduisent depuis quelques années au retournement de parcelles de colza, ou à des pertes de rendements importantes qui peuvent décourager certains agriculteurs de produire ce type de culture. Il est globalement important de maintenir, voire regagner, des territoires cultivés en oléoprotéagineux en diminuant les infestations de parcelles et la nuisibilité des bioagresseurs telluriques, comme l’aphanomyces du pois, la hernie des crucifères, le verticillium ou encore l’orobanche sur colza…

Autre objectif important : réduire le recours aux produits phytosanitaires. Le colza, la féverole et le pois sont aujourd’hui des espèces de grandes cultures sur lesquelles les applications d’insecticides sont nombreuses en France du fait de la pression des ravageurs. Le développement d’autres leviers de protection efficaces et d’outils d’aide à la décision permettant de mieux raisonner les traitements sont capitaux. En parallèle, les agriculteurs testent de nouvelles pratiques, et certaines, comme les associations de cultures, tendent à gagner du terrain. Ces pratiques présentent des atouts en matière de protection des cultures. Ainsi, les couverts de féverole semblent, par exemple, avoir un effet de réduction de dégâts d’insectes (altises) sur le colza associé et les associations blé-pois pourraient permettre de réduire les risques maladies (ascochytose) par une modification de l’architecture du couvert.

Une meilleure évaluation et compréhension des risques et des bénéfices liés à ces pratiques est nécessaire aujourd’hui pour accompagner ces agriculteurs.

Consultez le communiqué de presse en pièce jointe

- Document à télécharger :