Chargement en cours...

Protection des pollinisateurs

18 déc. 2020

Menaces sur les surfaces oléagineuses et légumineuses
Une nouvelle hausse des importations de soja et canola est à prévoir

 

Paris, le 18 décembre 2020 - Terres Univia et Terres Inovia s’inquiètent de l’effet boomerang du plan de protection des pollinisateurs qui prévoit d’interdire toute protection des cultures durant la floraison et de restreindre le recours à certaines solutions à 3 heures après le coucher du soleil. Selon les calculs de la filière, ce projet provoquerait une réduction des surfaces équivalentes à 120 000 hectares pour le seul colza. Cette chute accentuerait la baisse des surfaces déjà constatées ces dernières années. Le colza est en effet passé de 1,5 million d’hectares en 2014 à 1,1 million en 2020. Soit un fléchissement de près de 30% ! Le bol alimentaire disponible pour les abeilles va ainsi se réduire alors que le colza assure une miellée en début de saison au printemps et soutient le développement des colonies pour la suite.

Il est indispensable de rappeler que, tout comme l’Homme, les plantes ont besoin de prévention pour être en bonne santé. Cela passe par des bonnes pratiques comme l’allongement de la rotation des cultures ou encore par des mesures de prophylaxie qui visent à empêcher l'apparition, la réapparition et la propagation de maladies. Doit-on aussi rappeler que, tout comme pour l’être humain, lorsque le besoin s’en fait sentir, les médicaments sont essentiels à la survie des végétaux ? Recourir aux antibiotiques n’est pas systématique mais il serait inconcevable de les supprimer.

 

Hausse des importations de soja et canola

Outre l’alimentation des abeilles, les oléagineux (colza, tournesol) et les légumineuses (soja, pois, féverole, lin, luzerne…) représentent un enjeu pour l’alimentation animale. La production de tourteaux de colza et de tournesol français ainsi que les légumineuses à graines sont en effet les premières sources de protéines concentrées non OGM consommées dans les élevages français.

1 hectare de colza cultivé dans nos régions permet la coproduction de 1500 kilos de tourteaux riches en protéines pour l’alimentation des animaux d’élevages. La baisse programmée des surfaces d’oléagineux devra inévitablement être compensée par une augmentation des importations de graines de canola canadien et de tourteau de soja argentin et brésilien ce qui pourrait représenter l’équivalent de 180 000 tonnes de tourteau de soja. En l’état, le projet du gouvernement aura donc un impact direct sur la souveraineté alimentaire de notre pays.

La filière des huiles et protéines végétales rassemble 110000 producteurs d’oléo-protéagineux français. En comptant les emplois indirects et induits, elle fédère 20 000 emplois et plus de 500 coopératives et négoces agricoles qui collectent et transportent ces graines.

- Document à télécharger :