Chargement en cours...

Parole d'un producteur : pourquoi je pèse mes colzas en sortie d’hiver ?

30 janv. 2020

Michel Doyen, polyculteur éleveur en Moselle, pèse ses colzas en sortie d’hiver, ici avec son père.Michel DOYEN de l’EARL DES HIRONDELLES est installé sur une exploitation de polycultures-élevages de 125 ha à Colligny en Moselle. Il cultive environ 30 hectares de colza. Chaque année, 14 ha reçoivent environ 20 t/ha de fumier.

Michel Doyen, polyculteur éleveur en Moselle, pèse ses colzas en sortie d’hiver, ici avec son père.

 

Comment raisonnez-vous la dose d’azote à apporter sur colza ?

Historiquement, j’apportais une dose habituelle de 180 unités d'azote sur tous mes colzas pour un rendement moyen de 38 q/ha.
En février 2018, interpellé par le fort développement de mes colzas et le prix de l’engrais qui ne cessait d’augmenter, j’ai participé au « rendez-vous pesées de matière verte » organisé par le service technique productions végétales de la coopérative LORCA. J’ai alors réalisé mes premières pesées de colza et tester l’outil d’aide à la décision afin de connaître enfin la bonne dose d’azote pour chacune de nos parcelles.

Quelles quantités d’azote apportez-vous aujourd’hui ?

En 2018, j’ai apporté 135 unités d’azote avec du soufre, voire seulement 96 unités d’azote sur une parcelle précédent prairie. Mon rendement moyen était de 37 q/ha. En 2019, sur une parcelle de 3 ha 20, nous avons apporté 139 unités d’azote pour réaliser 50 q/ha ; sur les autres parcelles : 130 unités d’azote pour 36 q/ha et 121 unités d’azote pour 39 q/ha. Nous adaptons les doses d’azote avec l’objectif de maintenir nos rendements. L’outil Réglette azote colza fonctionne. Je suis serein et j’ai confiance dans les doses préconisées.

Réglette azote colza

A la veille des apports d’azote sur colza, quels messages voudriez-vous faire passer à vos collègues agriculteurs ?

D’essayer ! Qu’ils fassent au moins une pesée sur une de leur parcelle ou sur la totalité parce qu’il y a de l’argent à la clé. Pourquoi mettre de l’azote à l’aveugle sans gagner plus de quintaux au final ?

Propos recueillis par : Sophie Xardel (LORCA) et Aurore Baillet (a.baillet@terresinovia.fr)