Chargement en cours...
Préparation de campagne

Maladies du tournesol : diagnostiquer les symptômes foliaires

maladies du tournesol

Les plantes atteintes de mildiou sont nanifiées, avec des entre-nœuds raccourcis, ce qui signale une infection systémique de mildiou issue de contaminations primaires par voie racinaire, ou secondaires précoces par voie apicale survenues avant le stade 2-4 feuilles. La hauteur des plantes n’excède pas 30 cm. Des contaminations plus tardives et systémiques à partir du bourgeon terminal sont encore capables de provoquer un raccourcissement des derniers entre-nœuds. La taille des plantes est réduite mais supérieure à 30 cm.

Les feuilles atteintes montrent des taches chlorotiques localisées le plus souvent dans leur partie basale et le long des nervures principales (symptôme en “aile de fougère”), puis sur la totalité du limbe. A la face inférieure des feuilles, les taches sont tapissées d’un feutrage blanc.

La contamination par le phomopsis se produit en bordure des feuilles où se forme une tache triangulaire brune dont la pointe progresse par une nervure vers le pétiole puis la tige. La nécrose est souvent entourée d’une marge jaune (photo).

Les symptômes de phoma se présentent sous forme de petites lésions noires, discontinues ou non, le long des nervures. Souvent, ces lésions se développent à la jonction des 3 nervures principales de la feuille, formant une « patte d’oie ». Un sillon noir progresse ensuite le long du pétiole pour gagner rapidement le point d’insertion de la feuille sur la tige.

Les premiers symptômes de verticillium apparaissent sur les feuilles de la base des plantes. Ils se manifestent le plus souvent lors de la floraison mais peuvent apparaître avant. A partir de petites taches, la maladie progresse en larges chloroses d'un jaune intense qui se développent entre les nervures. Ces lésions évoluent rapidement en larges nécroses brunes entourées d'une marge jaune d'or. Les feuilles atteintes se trouvent le plus souvent d'un seul côté de la tige.

L'alternaria se manifeste sur feuilles par de petites taches brunes à noires de forme irrégulière. Sur les jeunes feuilles, ces taches sont entourées d'une marge décolorée jaune.

La rouille blanche (ex Albugo) est caractérisée par des taches foliaires vert-jaune, boursouflées, le plus souvent localisées dans la partie apicale de la feuille. A la face inférieure de la feuille et au niveau des cloques, on observe la présence de croûtes blanc crème. Parfois, les taches foliaires peuvent apparaître en bordure des nervures principales et ressembler à des symptômes de mildiou.

Les attaques de sclérotinia sur les jeunes feuilles apicales formant une rosette autour du bouton sont à l’origine des attaques sur bouton. La contamination a lieu au stade 6-8 feuilles. Si un temps doux et humide s’installe (en mai-juin), l’infection progresse rapidement vers le cœur du bouton et la pourriture le détruit complètement. Cette forme d’attaque est à prendre en compte partout, sauf dans le Sud-Est et le Sud-Ouest où elle est moins fréquente. Pour réduire la gravité des attaques, éviter des apports d’azote excessifs et lutter contre les attaques précoces de pucerons : les crispations qu’ils engendrent sur les feuilles autour du bouton sont autant de sites potentiels de contamination.

sclérotinia sur tournesol