Chargement en cours...

Les pieds dans les champs : une web-série pour connaître les leviers techniques au service des producteurs

03 mai 2021

Le 3 mai, Terres Inovia lance sa première web-série, Les pieds dans les champs. Le principe ? En quelques minutes, un agriculteur livre son témoignage sur ses leviers pour lever les difficultés et réussir à mener à bien les cultures oléo-protéagineuses.

Les séquences, tournées en direct de l’exploitation, sont rythmées par l’interview du producteur sur les différents points de l’itinéraire technique et accompagnées d’une analyse d’un expert de Terres Inovia.

Les quatre premiers épisodes, diffusés au fil du mois de mai, sont consacrés au colza : quatre agriculteurs du Cher et de l’Indre expliquent comment ils réussissent cette culture réputée difficile.

Denis Jamet, agriculteur à Soye-en-Septaine : « changer de stratégie pour continuer à faire du colza »

Après avoir arrêté le colza quelques années en raison des conditions climatiques et des bio-agresseurs, cet agriculteur y est revenu. Son leitmotiv ? Les cultures de remplacement étaient bien moins intéressantes, économiquement, que le colza, qui constitue une excellente tête de rotation. Pour mieux mener la culture, Denis Jamet mise sur la date de l’implantation, début août, pour lui permettre d’être suffisamment vigoureux à l’arrivée des bio-agresseurs. Apporter de l’azote au semis et introduire des plantes compagnes va également créer une dynamique de plus. A voir le 3 mai.

 

Jean-Michel Duthou, agriculteur à Crezancy-en-Sancerre (Cher) : « partager ses expériences et faire évoluer ses pratiques »

L’exploitant cultive du colza comme tête principale de rotation. Pour mener à bien ses productions, Jean-Michel Duthou est très attaché à la qualité structurale du sol et souhaite un lit de semences avec peu de mottes. Autre levier incontournable : savoir être opportuniste par rapport à la météo pour semer le colza, ce qui exige néanmoins une flexibilité dans le travail et du matériel adapté. Le partage d’expériences dans un réseau est également déterminant. «Comme l’évolution ou l’adaptation tactique des implantations, l’introduction de légumineuses associées par exemple, l’accompagnement et le partage sont essentiels », affirme Gilles Sauzet, ingénieur de développement de Terres Inovia. A voir le 10 mai.

 

Arnaud Amary, agriculteur à Villedieu (Indre) : « bien implanter et observer pour produire son colza »

L’exploitation d’Arnaud Amary cultive du colza depuis trois générations. Il voit un intérêt économique incontestable du colza, avec un rendement moyen de 31q/ha et une marge brute de 808 euros/ha. La principale difficulté consiste à faire lever le colza en août, dans des terres réputées pour leur sécheresse. Son levier ? Limiter le travail du sol avant l’implantation du colza. « Le colza est soumis à de nombreuses agressions dès la levée. Un passage très régulier dans la parcelle est absolument nécessaire jusqu’au stade 4 à 6 feuilles, pour évaluer les risques, et ensuite de manière plus espacée, mais qui reste toujours d’actualité ensuite. La réussite passe par la qualité de levée (date et structure de peuplement) et la régularité de la croissance jusqu’à fin floraison. Les plantes deviennent ainsi le meilleur ennemi des bio agresseurs », indique Gilles Sauzet. A voir le 17 mai.

 

Mathieu Jeanneau, agriculteur à Saint-Valentin (Indre) : « de l’anticipation et de la surveillance »

Exploitant depuis dix-huit ans dans cette commune de l’Indre, Mathieu Jeanneau cultive du colza depuis 2002. Les principaux atouts agronomiques qu’il y voit ? « Une très bonne tête d’assolement d’hiver et un excellent précédent pour la céréale qui suit ».
Pour mener à bien ses parcelles de colza, l’exploitant mise sur l’anticipation : une gestion des pailles de bonne qualité, un travail du sol soigné pour réussir son implantation et une surveillance des parcelles pour limiter les attaques des ravageurs et les maladies. « Le colza, par sa croissance, doit devenir une culture plus facile à gérer et moins consommatrice d’intrants », confirme Gilles Sauzet. A voir le 24 mai.

​​​​​​​

Contact : s.berard@terresinovia.fr

- Document à télécharger :