Chargement en cours...

Les légumineuses à l’honneur dans le dernier Innovations Agronomiques

21 mai 2019

Les légumineuses sont à l’honneur dans le dernier numéro d'Innovations Agronomiques. Il met en lumière une sélection des travaux présentés lors des 2émes Rencontres francophones sur les légumineuses, qui ont eu lieu à Toulouse en octobre 2018.

Innovations Agronomiques, revue francophone en ligne, diffuse les synthèses issues de colloques et programme de recherche appliqués menés par l’ensemble des acteurs français (recherche publique, instituts techniques, réseau des Chambres d’Agriculture, et tous leurs partenaires). Le tour d’horizon proposé dans ce numéro permet de cerner plusieurs grands enjeux et travaux concrets en cours, qui participent à la stratégie Protéines nationale, en cours d’élaboration par le Ministère de l’Agriculture, et, plus particulièrement, à la contribution des filières oléo-protéagineuses.

Les stades du soja : les prédire pour faciliter l’extension de la culture et son adaptation aux évolutions climatiques

Le soja connaît un développement important ces dernières années : produire du soja français, non-OGM, tracé, est redevenu une ambition forte de la filière, qui vise d’atteindre 250 000 ha dans les années à venir. Elle va de pair avec une extension de l’aire de la culture et des climats auxquels elle peut être confrontée. Terres Inovia et l’INRA se sont associés, avec les sélectionneurs français de soja, pour développer une capacité à modéliser le fonctionnement du soja, et en particulier ses stades de développement. Connaître et prédire les stades d’une culture constitue un élément de gestion crucial, tant pour la stratégie de filière que la gestion de la culture. Cela permet en effet d’anticiper et de quantifier les risques climatiques auxquels la culture va faire face lors de son expansion géographique, ou face au changement climatique : quand on sait qu’il faut dix ans pour développer de nouvelles variétés, cette anticipation est essentielle. Le déroulé des stades est également le socle pour piloter au mieux la culture, par exemple son irrrigation.

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article, intitulé Les stades du soja.

Bioagresseurs des protéagineux : des leviers à développer en combinaison pour régulariser les performances

Les protéagineux sont exposés à de nombreux bioagresseurs. Leur maîtrise est un facteur clé de performance de ces cultures. Au travers de cet article, Terres Inovia et l’INRA, qui ont uni leurs forces depuis 5 ans dans le cadre d’une Unité mixte Technologique, font une synthèse des leviers existants et en développement dans le cadre des recherches actuelles. Ce point complet sur les leviers de la protection intégrée – résistance variétale, raisonnement des interventions grâce à une bonne connaissance du bioagresseur, biocontrôle, succession culturale, associations d’espèces, etc. – dont les effets sont tous partiel, rappelle à quel point la protection des cultures est essentielle pour permettre le développement des protéagineux.

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article, intitulé Les bioagresseurs.

La fixation d’azote symbiotique : l’atout majeur des légumineuses, à valoriser et optimiser

C’est bien connu : il n’y a pas de fertilisation azotée sur les légumineuses, qui fixent l’azote atmosphérique grâce à la symbiose rhizobienne de leurs nodosités. Cette capacité en fait également d’excellents précédents pour la culture qui leur succède. Cet atout maître permet d’optimiser le potentiel de rendement de la légumineuse, sa fixation d’azote, et sa restitution à la culture suivante, même s’il demeure variable. Cet article, issu d’un travail de thèse porté par l’UMR Agroécologie de Dijon et soutenu par Terres Inovia, montre la diversité du service de fixation symbiotique fourni par différentes légumineuses. Il ouvre des perspectives et des recommandations pour optimiser ce service en fonction des contextes pédoclimatiques, de la gestion des résidus et des cultures de la succession. Les équipes de l’Université de Liège-Gembloux en Belgique présentent également de nouveaux outils visant à mieux étudier la nodulation du pois (voir document en fin d'article intitulé Système racinaire des légumineuses).

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article intitulé La fixation d'azote symbiotique.

Les associations légumineuses-céréales : des bénéfices mutuels et une option pour sécuriser la production de la légumineuse

Deux articles font état de références récentes acquises dans des projets collaboratifs, Légitimes et Prograilive (voir document en fin d'article intitulé Prograilive). Ils étoffent encore les références sur les intérêts et les limites des associations. Parmi les points positifs mis en avant dans ces expérimentations spécifiques, on peut citer la gestion de l’enherbement, pour certaines légumineuses peu compétitives vis-à-vis des adventices en particulier, et une illustration intéressante sur la récoltabilité de la lentille. Ces articles nous rappellent aussi que l’utilisation des associations doit se raisonner en fonction d’un ensemble d’objectifs, et en particulier des débouchés visés, et demande une adaptation d’ensemble de la conduite.

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article intitulé Association avec une céréale.

La sélection variétale, clé de la compétitivité, reste à exploiter pour les légumes secs

Un article de l’ICARDA, organisme international leader sur la sélection variétale des légumes secs, permet de faire le point sur le potentiel des ressources génétiques et de la sélection pour améliorer les performances de la lentille et du pois-chiche. Ce potentiel est encore peu exploité aujourd’hui, et constitue un axe de collaboration possible pour générer de l’innovation variétale dans les filières légumes secs.

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article intitulé Amélioration génétique.

Des débouchés nombreux, portés par l’innovation

Plusieurs articles permettent de tordre le cou à l’idée que les débouchés manquent pour les protéagineux. Ce n’est pas le cas, ce que nous montre les développements technologiques pour l’alimentation animale (lire document intitulé Prodival en fin d'article) et la dynamique du marché des protéines végétales pour l’alimentation humaine, qui génère des marchés de taille encore limitée, mais en croissance.

Pour en savoir plus, consulter le document en fin d'article intitulé Nouveaux aliments à base de légumineuses.

Contact : David Gouache (d.gouache@terresinovia.fr)

- Documents à télécharger :