Chargement en cours...

Le sujet Glyphosate : les actions menées par Terres Inovia, en collaboration avec les instituts techniques

17 avr. 2020

Dans les systèmes de grandes cultures, le plan de sortie de glyphosate représente un réel enjeu. Depuis 2017, Terres Inovia est associé à l’ACTA, Arvalis, ITB et FNAMS dans le cadre d’une cellule d’experts dont les travaux ont débuté par l’identification des difficultés et impasses techniques que le retrait d’usages implique. Cette action consistait bien entendu à une juste évaluation des alternatives en termes de faisabilité technique et économique, comme en termes de maturité. En 2019, ces éléments d’expertise ont été fourni à l’INRAE et à l’ANSES dans le cadre de l’analyse comparative (art50 du REG 1107/2009/CE) qui devrait déboucher vers des restrictions en 2020 (évaluation l’ANSES).

Si l’on note que le semis direct et la gestion des vivaces se trouveraient dans une réelle impasse, la gestion des intercultures peut rester délicate. Le travail du sol ressort comme le principal levier mobilisable pour détruire les adventices, annuelles ou vivaces, pendant l’interculture. Différents niveaux seront à envisager, des opérations superficielles jusqu’au retour occasionnel du labour (selon le niveau de la problématique adventice). Leur faisabilité et leur efficacité sont cependant dépendantes du climat. De plus, cela entraine potentiellement des changements parfois profonds : pratiques, investissement d’autres matériels, modification du système. La conciliation de ces évolutions avec la gestion des couverts et une difficulté supplémentaire.

Vous pouvez retrouver cette analyse dans cet article "Glyphosate : peut-on s'en passer et avec quelles conséquences ?" ou dans les deux articles de Phytoma de décembre 2019 : "Efficacité des alternatives au glyphosate en cultures assolées" et "Glyphosate : chronique d'une molécule herbicide".

L’enquête inter-institut lancée à l’automne 2019 confirme le niveau de tous ces enjeux, les craintes et les difficultés à venir. Les résultats complets de l'enquête glyphosate.

Nos travaux se poursuivent autour de ces alternatives. Des essais sont mis en place sur la thématique « comment semer sur un sol propre ».

En l’absence de glyphosate, il faut revenir à du travail du sol pour détruire les adventices présentes (voire les couverts maintenus jusqu’en sortie hiver) avant semis du tournesol. Les conséquences sont :

  • une modification possible de la structure du sol (particulièrement en sols argileux)
  • un dessèchement du profil

Ces deux éléments peuvent impacter la qualité d’implantation du tournesol (et donc la qualité du peuplement et le rendement).

  • des nouvelles levées d’adventices possibles, présentes alors dans la culture.

Il convient donc de trouver le type de travail du sol (outil, profondeur, conditions de passage) le plus optimal pour à la fois détruire les adventices (voire les couverts) et assurer le peuplement du tournesol. Il y a également des essais sur la même thématique en soja et en pois de printemps. Les essais sont menés plutôt sur sol argileux et infestation de graminées (ray-grass) car ce sont les situations les plus délicates. D’autres essais sont menés plus spécifiquement sur ambroisie (faux-semis et destruction des levées avant le semis décalé du tournesol ou du soja).

L’objectif de ces essais est de tester, en l’absence de glyphosate, des outils et profondeurs de travail du sol avant semis du tournesol pour :

  • vérifier que les adventices présentes avant le tournesol soient bien détruites,
  • s’assurer que la qualité d’implantation de la culture n’est pas affectée,
  • vérifier que cela ne provoque pas trop de nouvelles levées d’adventices en culture.

champ de tournesol

Sur la même thématique, des essais concernant l’implantation du colza sont également mis en place. Avant colza, les flores visées sont les repousses de céréales, les graminées et éventuellement les dicotylédones estivales de type mercuriale, amarante, chénopode présentes début août avant le semis du colza. Idéalement dans les 48h qui suivent la récolte du précédent, un ou des passages de disques indépendants superficiels à 5 cm max, croisés ou non, roulés ou non, sont réalisés. Puis, quelques jours avant le semis du colza autour de la mi-août (la date de semis est à raisonner précocement selon la météo, juste avant une pluie significative annoncée), plusieurs modalités de destruction des repousses de céréales et des adventices sont testées et évaluées (déchaumeur à disques indépendants, herse rotative, vibrodéchaumeur, glyphosate).

travail du sol colza

logo agate GCEnfin, le projet AGATE GC (Alternatives au GlyphosATE en Grandes Cultures) est un projet Ecophyto II+ centré sur la problématique Glyphosate. Il contribue au renforcement des actions d’accompagnement pour diffuser les solutions et trouver de nouvelles alternatives pour les usages pour lesquels il demeurerait des impasses ; il mobilise des réseaux territoriaux pour faire connaître et promouvoir les alternatives au glyphosate sur l’ensemble des territoires.

Le partenariat est composé des instituts techniques : ACTA (pilotage), Terres Inovia, Arvalis, ITB mais également la chambre d’agriculture d’Occitanie avec les chambres départementales de l’Aude et de l’Ariège.

Il est composé de 3 actions majeures :

  • Une évaluation technique, économique et environnementale des alternatives au glyphosate sur un réseau de parcelles agriculteurs, sur les thématiques de l’implantation des cultures, la gestion des espèces difficiles (vivaces ou ambroisie…), la destruction/gestion des couverts d’interculture.
  • Concernant les solutions de remplacement moins abouties, la recherche de solutions innovantes se fera au moyen d’essais expérimentaux en station : bioherbicides combinés à la lutte mécanique, gestion de l’interculture et combinaison de pratiques (couvert, faux semis, déstockage).
  • Enfin les impasses techniques feront l’objet d’ateliers de réflexion collective sollicitant les experts et les acteurs techniques pour orienter sur les axes de travail à privilégier et identifier les solutions nouvelles. D’autres ateliers de réflexion avec les agriculteurs et/ou les conseillers permettront de concevoir des systèmes de culture sans glyphosate cohérents d’une part et de faire le point des réussites et des échecs du sans-glyphosate dans des situations concrètes d’autre part. 

Ce projet de 36 mois a pour ambition d’évaluer et d’adapter les solutions de substitution au glyphosate pour amener des réponses précises et pratiques.

Contacts : Fanny VUILLEMIN (f.vuillemin@terresinovia.fr); Franck DUROUEIX (f.duroueix@terresinovia.fr)

- Documents à télécharger :