L’institut, en première ligne pour élaborer le plan national des protéines végétales

07 mai 2019

Le 11 février, le ministre de l'agriculture Didier Guillaume a lancé une concertation nationale en vue de bâtir une stratégie nationale pour développer les protéines végétales. Cette décision fait suite à la publication du rapport de la Commission européenne sur le développement des protéines végétales. « Nous allons, dans nos pays, prendre en compte dans nos politiques nationales la nécessité de développer la production durable des protéines végétales et d'améliorer l'autonomie alimentaire des exploitations d'élevage », mais aussi « encourager et financer la recherche et l'innovation sur la production durable de légumineuses, leur transformation et leur consommation », avaient affirmé les ministres de l'agriculture de l'Union européenne dans une déclaration commune.

En France, la concertation prend la forme de trois ateliers : créer une stratégie de filière, développer la recherche et l'innovation et mener des politiques publiques. L'interprofession Terres Univia joue un rôle central, puisqu'elle a en charge l'animation de l'atelier sur la stratégie de filière. Sa mission ? Coordonner les recommandations des différentes filières, associations et organismes pour construire une feuille de route visant à développer les protéines végétales.

Dans ce cadre, Terres Inovia est fortement mobilisé pour son expertise technique, ses nombreux contacts avec les opérateurs économiques et les projets innovants sur de nouveaux systèmes de production plus durables qu'ils véhiculent. « Certains projets, comme R2D2, Syppre ou encore la création de la filière de légumineuses en Occitanie FILEG serviront de cas pilotes pour trouver des leviers de développement des protéines végétales », indique Laurent Rosso, directeur général de l’institut. En mai, les premières conclusions doivent être rendues. A suivre.