Chargement en cours...

Irriguer son tournesol à bon escient pour assurer les quintaux

Article rédigé par
  • Luc CHAMPOLIVIER (l.champolivier@terresinovia.fr)
Irriguer son tournesol à bon escient pour assurer les quintaux
    Imprimer cette page
    Modifié le : 25 mars 2019

     

    Par climat sec et sur terres à réserve en eau limitée, 2 apports d'eau de 35 à 40 mm à partir de la floraison garantissent un gain de 8 q/ha et de 2 à 4 points d'huile.

    Irrigation du tournesol

     

    Une culture très tolérante aux conditions sèches

    Si la structure du sol n’entrave pas sa croissance racinaire, le tournesol est capable d'exploiter les horizons les plus profonds (jusqu’à 2 m), et d'extraire la totalité de l'eau disponible, là où d'autres cultures ne peuvent extraire que les 2/3 de la réserve utile.

    Le tournesol est également une plante qui répond bien à l’irrigation surtout si sa croissance végétative est modérée avant la floraison. Du tout début floraison à la fin du remplissage de la graine, le tournesol doit consommer 230 mm d’eau pour assurer un rendement de 30 q/ha. L’eau d’irrigation est particulièrement bien valorisée à cette période, lorsque la réserve en eau du sol est épuisée. Les essais et les observations en culture ont montré des gains moyens de l’ordre de 8 q/ha pour des apports de 100 mm avec une irrigation bien gérée.

     

    Rendement du tournesol (q/ha) et intensité de la sécheresse estivale

    Niveau de remplissage de la réserve d'eau utile du sol le 21 juillet en %

    Lors d'années humides (2007 ou 2011), les rendements nationaux ont pu atteindre 27 q/ha

    Lors d'années sèches (2006 ou 2010), les rendements moyens ont stagné à 22-24 q/ha.

    shéma rendement du tournesol par rapport à l'irrigation

     

     

    Un à trois tours d'eau suffisent

    Le tournesol irrigué présente deux atouts majeurs particulièrement intéressants lorsque l’eau disponible pour l’irrigation est limitée ou lorsque le calendrier d’irrigation de l’exploitation est chargé :

    • de faibles volumes d’eau requis : 30 à 120 mm d’eau d’irrigation suffisent ;
    • une période d’irrigation centrée sur juillet et début août.

     

    Débuter l’irrigation suivant l’état végétatif du tournesol

    Le choix de la date de début d’irrigation dépend de l’état de croissance végétative du tournesol avant la floraison et de l’état des réserves en eau du sol. Il est en effet nécessaire d’éviter l’exubérance des plantes avant la floraison : l’efficacité des arrosages s'en trouve améliorée. Arrêter l’irrigation quand le dos du capitule vire du vert au jaune citron.

     

    Pilotage de l'irrigation

    Croissance au stade bouton A disposition :
    1 tour d'eau 30/40 mm 2 tours d'eau 60/80 mm 3 tours d'eau 90/120 mm

    Faible à modérée

    irrigation faible

     

    Juste avant la floraison ou plus tôt si les feuilles de la base jaunissent

    Juste avant la floraison ou plus tôt si les feuilles de la base jaunissent

    Fin floraison

    Sols superficiels :

    Bouton étoilé

    Début floraison

    Fin floraison*

    Sols profonds :

    Début floraison

    Fin floraison

    10 jours plus tard

    Normale à exubérante

    irrigation tournesol forte

     

    Fin floraison

    Fin floraison

    10 jours plus tard

    Ne pas dépasser 2 tours d'eau

    En sol profond, l’irrigation est justifiée uniquement en année sèche. Un tour d’eau en fin floraison est conseillé.
    * Dans le Sud-Est (vallée du Rhône et bordure méditerranéenne), la forte évapotranspiration et la faible pluviométrie justifient souvent un tour d’eau supplémentaire 10 jours après la fin de la floraison.

    Après la première irrigation, la durée du tour d’eau recommandée est d’une dizaine de jours, tant qu’il ne pleut pas. Après une pluie, décaler le tour d’eau d’un jour par tranche de 5 mm. Préférer des doses de 30-35 mm à chaque tour d’eau à des apports plus faibles et plus rapprochés.

     

    Attention au sclérotinia et au phomopsis

    • Ne pas irriguer en pleine floraison si le temps est humide, pour éviter les attaques de sclérotinia du capitule.
    • Veiller particulièrement au phomopsis en choisissant une variété très peu sensible ou peu sensible, protégée si nécessaire par un traitement en végétation.
    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    L’anthracnose sur lupin : surveillance et lutte
    >Lire l'article
    soja derobe datura
    Gestion des adventices difficiles en tournesol et en soja
    >Lire l'article