Floraison

Identifier la présence de larves de charançons de la tige et de méligèthes

Biologie

larves de charançon de la tige du colza

Les larves de charançon de la tige du colza et du chou ne présentent pas de pattes. La larve de charançon de la tige du colza est d’abord blanche à tête noirâtre et devient progressivement jaune à tête jaunâtre. Celle du charançon de la tige du chou est blanche avec une tête de couleur jaune clair. La différenciation des larves de ces deux espèces se fait cependant principalement par leur taille. Les larves de charançon de la tige du colza sont en effet beaucoup plus grosses que celles de charançon de la tige du chou lorsqu’elles sont à un stade de développement identique. En fin de vie larvaire, la larve de charançon de  la tige du colza mesure 7-8 mm tandis que celle du charançon de la tige du chou mesure 4-6 mm. Les différences entre les larves de ces deux charançons restent tout de même minimes et sont plus faciles à mettre en évidence lorsque les deux espèces cohabitent et qu’il est possible de les comparer. 

Nuisible ou non ? 

Les larves de ces deux espèces ne sont pas nuisibles. Lors de la floraison, on peut trouver des larves dans la partie médullaire des tiges mais les plantes peuvent supporter un grand nombre de larves. Des pertes de productions n’ont été identifiés que dans des cultures très denses (> 100 plantes/m2) où les larves ont attaqué les vaisseaux libéro-ligneux sur des tiges de très faible diamètre. 

Pour rappel, la nuisibilité liée au charançon de la tige du colza est liée à la ponte qui engendre une réaction des tissus de la plante. Les tiges peuvent se renfler se déforment, voire éclater longitudinalement. Les pertes de rendement sont particulièrement aggravées en conditions sèches. 

Biologie des larves de méligèthes 

larves de méligèthes sur colza

Les larves de méligèthes sont mobiles, mesurent 4 mm maximum, disposent de 3 paires de pattes thoraciques noires et d’une tête noire. Certaines années, de nombreuses larves de méligèthes sont observées sur les siliques. Elles sont en situation difficile car elles ne disposent plus des boutons ou des fleurs pour achever leur développement. Ces infestations larvaires ne conduisent pas à des pertes d’organes fructifères significatives. 

Il est possible de repérer facilement si certaines larves de méligèthes sont parasitées ! Elles présentent un point noir visible par transparence.