FILEG : vers la création d’une filière de légumineuses à graines en Occitanie

27 mai 2019

   

Les légumineuses, comme les lentilles, ont le vent en poupe auprès du grand public

Photo : L.Olivier, Terres Inovia

Ce projet ambitieux, particulièrement important et emblématique pour un futur plan protéines national, est porté et animé par Terres Inovia, avec l'appui d'une équipe de facilitateurs[1] aux profils complémentaires. L'objectif ? « Structurer une filière régionale de légumineuses pour l'alimentation humaine et animale et créatrice de valeur ajoutée équitablement répartie entre tous les acteurs », explique Christophe Vogrincic, responsable de la zone sud de Terres Inovia, et coordinateur de FILEG.

Le 19 octobre 2018 a donc été officiellement lancé, sous l’égide de la Région Occitanie et de l’Etat, la phase 1 du projet FILEG sur l’étude de faisabilité de la structuration d’une filière légumineuses en Occitanie. Ce projet régional et fédérateur, dont l’ambition est la création de valeurs (économique, sociale, sociétale, écologique…) pour l’agriculture régionale, répond notamment aux grands enjeux des transitions alimentaire et agro-écologique.

Une dimension régionale et nationale

D’un point de vue national, ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre des états généraux de l’alimentation avec l’incitation auprès des acteurs économiques à s’organiser en filières territoriales, des recommandations de l’ANSES pour un rééquilibrage des sources en protéines végétales et animales dans l’alimentation humaine, de la concertation nationale sur les protéines végétales, du plan filière des huiles et protéines végétales et sur les réflexions en cours sur la lutte contre le changement climatique.

A l’échelle plus régionale, FILEG s’inscrit également dans les six orientations stratégiques du PACTE régional sur l’alimentation durable en Occitanie. Il répond notamment à l’attente exprimée par de nombreux citoyens d’Occitanie d’avoir une consommation alimentaire plus locale, durable et permettant le soutien de l’agriculture régionale.

Pour ce projet d'envergure, un budget de 100 000 euros est prévu, financé par les agences de l'eau RMC et Adour-Garonne ainsi que par l'interprofession Terres Univia.

Des ateliers de réflexion pour construire une vision commune

Premier objectif : faire émerger des thématiques communes afin de construire une même vision, puis mettre en place une structure de gouvernance régionale interprofessionnelle. A ce jour, les cinq ateliers thématiques (production, transformation-commercialisation, génétique, services écosystémiques, recherche) organisés début 2019 montrent, avec la participation de près de 100 personnes représentants plus de 50 structures, une vraie dynamique régionale autour de ce projet.

La restitution des ateliers du projet FILEG le 22 mai 2019- Crédit photo : C.Chrétien-CISALI

Ces ateliers ont fait l’objet d’une première restitution le 22 mai 2019. Ce fut l’occasion de détailler aux 90 participants - représentant les acteurs de l’amont à l’aval- l’ensemble des services que pourraient offrir cette future filière territoriale et dessiner les premières actions à mettre en œuvre dès 2020.

Les prochaines étapes de cet ambitieux projet ? Recueillir l’engament officiel des acteurs (économiques et institutionnels) pour la construction de cette filière et mettre en œuvre dès cet automne 2019 les premières actions identifiées comme prioritaires par les acteurs.

Après avoir passé une étape exploratoire et de faisabilité indispensable, FILEG va maintenant passer à une phase de construction.

 

Pour en savoir plus

le site de fileg

[1] Ad'Occ (agence de développement économique de la Région Occitanie), Agri Sud-Ouest Innovation, l'Anils, Cisali, la DRAAF, l'INRA, la plateforme Agroécologique d'Auzeville et Terres Univia.

- Document à télécharger :