Chargement en cours...

Diversification et systèmes de culture : des experts à la rencontre des producteurs en Picardie

19 juil. 2021

Au milieu des parachutes qui volent dans le ciel, c’est au bout d’un long chemin de terre que l’on tombe sur la plateforme d’expérimentation d’Estrée-Mons. Au cœur de la Somme, le tournesol, le soja, le colza ou encore le pois et la féverole sont expérimentés par l’institut sur 4 ha. C’est aussi là que le réseau Syppre teste ses systèmes de culture innovants.

Le 8 juillet, l’institut organisait une visite de ce site autour de la thématique « Cultures de diversification et systèmes de culture ». Une cinquantaine d’agriculteurs et de conseillers ont arpenté les parcelles durant plusieurs heures sous un soleil timide, évitant de justesse les orages, pour écouter les experts de Terres Inovia sur les leviers pour obtenir un colza robuste et la gestion des insectes, ou encore les légumineuses à graines pour diversifier le système de cultures, les auxiliaires des cultures et le projet Syppre.

Ecouter les interviews des experts de l'institut présents :

​​​​​​​


Les leviers pour obtenir un colza robuste


Michael Geloen, ingénieur de développement, était à pied d’œuvre pour livrer toutes ses recommandations afin d’obtenir une plante suffisamment robuste pour affronter les attaques de ravageurs et moins sensibles aux aléas climatiques qui peuvent jalonner la campagne.
Premier conseil : gérer la structure de son sol avec un test bêche pour en garder la fraîcheur au maximum avant le semis et adapter la « densité de semis en semant le plus clair possible afin d’avoir une croissance continue à l’automne et pouvoir mieux gérer les insectes ». L’idéal ? « Avoir un colza 4 feuilles au 15 septembre ». Cet expert de terrain de Terres Inovia a également milité pour l’utilisation de plantes compagnes, comme les lentilles ou le fenugrec, pour mieux faire face à certains ravageurs.


Diversifier nos systèmes de culture avec les légumineuses à graines


Bastien Rémurier, ingénieur de développement de Terres Inovia, a présenté les parcelles de légumineuses à graines expérimentées sur la plateforme. Pois, lentille, soja, pois chiche, féverole, lupin… l’expert a été écouté avec beaucoup d’attention sur le choix de la date de semis, la bonne stratégie de variétés pour combattre par exemple l’aphanomycès du pois, les différents points de vigilance et les leviers à actionner dans les itinéraires techniques.


Mieux gérer les insectes du colza


Laurent Ruck, spécialiste des problématiques de ravageurs à l’institut, a livré de nombreux conseils aux producteurs pour faire diminuer la pression des ravageurs sur les plantes. « Grosse altise et charançon du bourgeon terminal ont développé différents mécanismes de résistance aux pyréthrinoïdes et le recours uniquement aux insecticides n’est pas suffisant. L’implantation est l’étape clé pour créer des colzas vigoureux, capables de supporter les attaques de larves d’altise d’hiver et de charançon du bourgeon terminal. »  La solution est donc de combiner tous les leviers disponibles :
-Des leviers agronomiques : être opportuniste au moment du semis avec la pluie pour atteindre le stade 3-4 feuilles au moment de l’arrivée des grosses altises, associer des légumineuses, fertilisation, produits organiques...,
-Evaluer les risque agronomique et ravageurs (nombre de larves de grosse altise/plante avec la Berlese, risque historique du charançon),
-Appliquer les insecticides selon les seuils et les mécanismes de résistance présents
-Préserver les auxiliaires.  

​​​​​​

Projet Syppre : quelques techniques innovantes testées


La plateforme d’Estrées Mons abrite des parcelles où sont expérimentés les systèmes de culture innovants du projet Syppre. Ce projet consiste à expérimenter des systèmes de culture innovants sur cinq plateformes expérimentales dans cinq zones géographiques différentes : la Picardie, le Berry, la Champagne, le Laurageais et le Bearn. Ces plateformes sont pilotées par trois instituts techniques : Terres Inovia, Arvalis et l’ITB. Estrées Mons fait partie des deux plateformes pilotées par Terres Inovia (en plus de celle située dans le Berry).

Quinze parcelles ont été mises en place. Parmi les systèmes innovants testés, Nicolas Latraye, ingénieur de développement de Terres Inovia et animateur de la plateforme, se félicite de la mise en place d’un strip till début août sur les parcelles de betteraves et de maïs. « Fragmenter le sol en été fonctionne très bien dans les sols argileux, mais pas forcément dans les sols limoneux, le sol se referme au cours de l’hiver. Pour garder cette fissure ouverte, un semis d’un couvert dans le rang avec du tournesol a été réalisé dans de bonnes conditions,fin août.» Autre technique testée : le pré-buttage d’automne en pommes de terre, avec le semis d’un couvert pour couvrir et travailler le sol au cours de l’hiver.


Des ruches installées sur la plateforme dans le cadre de l’opération Terre des Abeilles


Des ruches ont été installées en bordure de parcelle par Ternovéo dans le cadre de son programme Terre des Abeilles en 2020 puis équipées de balances connectées Optibee, suite à un partenariat scientifique impulsé par Terres Inovia en 2021. Objectif : communiquer autour des liens gagnant-gagnant entre agriculture et apiculture puis étudier la place du colza dans le bol alimentaire des abeilles et les performances des colonies.

La plateforme Syppre s’engage ainsi à mener une démarche éco-responsable en utilisant les bonnes pratiques culturales, dans le respect de cet auxiliaire indispensable et de la biodiversité. Nicolas Cerrutti, spécialiste des insectes auxiliaires et des services qu’ils rendent aux agriculteurs, était présent pour sensibiliser à leur importance dans un contexte de réduction des solutions chimiques de traitement. Il a expliqué comment favoriser les auxiliaires et notamment les ennemis naturels des ravageurs de l’échelle de l’exploitation agricole à l’échelle du paysage pour mieux bénéficier de leur action, notamment en implantant des couverts d’intercultures et des bandes fleuries semées avec des espèces pérennes ou annuelles comme la phacélie, le trèfle le lotier et certaines apiacées.