Chargement en cours...

Bilan des récoltes lentilles et pois chiche 2021

21 oct. 2021

Si la lentille affiche des rendements très décevants quelle que soit la région de production considérée, la production de pois chiche se maintient malgré les difficultés. Ces deux productions essentielles pour la Ferme France peuvent compter sur quatre dispositifs complémentaires pour accompagner leur développement : des conditions de contractualisation très favorables, une structuration de filière en marche, des activités de Recherche-Développement-Innovation intenses et de multiples débouchés. L’ensemble des maillons de la filière, de l’amont à aval, est mobilisé au service du dynamisme des filières lentilles et pois chiche.

Des campagnes lentilles et pois chiches 2021 contrastées

Une année atypique en lentille : des conditions climatiques défavorables

Les surfaces de lentilles pour l’année 2021 étaient plutôt en stagnation ou en recul par rapport à 2020 qui comptait 35 520 ha de surfaces de production. Le bilan de campagne met en avant une récolte très décevante sur tout le territoire, avec des rendements nets 2 à 3 fois inférieurs au rendement moyen observé sur les trois dernières années : 8 q/ha dans l’Aube, la Marne et l’Yonne (vs 27,3 q/ha), 6 q/ha en Centre-Val de Loire (vs 15 q/ha), 3 q/ha dans le Sud-Ouest (vs 8,6 q/ha), 4 q/ha en Haute-Loire (vs 5,6 q/ha) et 6,5 q/ha en Nouvelle-Aquitaine (vs 18,6 q/ha).

Les pluies importantes sont en partie responsables de la faiblesse des rendements cette année : développement d’adventices, relance de la floraison, verses compliquant les récoltes, taux important de graines au sol, graines germées (40 % dans certaines zones). Les récoltes ont ainsi été retardées de 15 jours à 1 mois. Sur l’ensemble des bassins de production, la qualité des graines de lentille est en deçà des critères habituellement attendus : petits calibres, nombreux défauts relevés (graines moisies, fripées, cassées, ou présentant des défauts de couleur).

Pois chiches : une récolte plutôt stable selon les régions

Les surfaces de pois chiches étaient stables en 2021 (environ 23 500 ha, comme en 2020). Les projections de Terres Inovia envisagent par ailleurs une hausse des surfaces pour 2022. Le bilan de récolte pois chiche 2021 affiche des rendements corrects au vu des conditions climatiques de l’année: 17q/ha net dans le Sud-Ouest (vs 23 q/ha en moyenne sur les trois dernières années), 20 q/ha net dans le Sud-Est (vs 19 q/ha) et 10 q/ha dans les autres secteurs de production (vs 16q/ha). Dans le Sud de la France, la culture montre une certaine résilience puisque les rendements restent honorables malgré les conditions climatiques difficiles. En revanche, dans les autres régions de production, les cultures ont été plus décevantes.

Le début de campagne a été marqué par des conditions sèches et la croissance des plantes a été contrainte par la fraîcheur au mois de mai. Pour autant, les composantes de rendement ont été bien en place dans le Sud de la France au mois de juin. L’ascochytose est arrivée tardivement et n’a pas limité les rendements (Sud de la France). Les pluies ont là aussi décalé les récoles (hors Sud-Est) à fin août-septembre (au lieu de fin juillet à fin août) et une dégradation de la qualité des graines (hors Sud-Est) avec l’observation de champignons saprophytes et de graines vertes sur les échantillons récoltes. Quelques graines germées ont été notées.

« Si la France est le premier producteur de lentilles en Europe, la récolte de cette graine est très décevante cette année en raison des aléas climatiques. Mais rappelons-nous que les années 2016-2019 étaient particulièrement favorables à cette production. La récolte de pois chiche tire son épingle du jeu. Les très jeunes filières lentille et pois chiche françaises ont de belles perspectives de développement : la demande est au rendez-vous et les débouchés sont nombreux. Nous sommes en capacité en France de couvrir nos besoins en lentilles et pois chiche. Si chaque maillon de la chaîne se mobilise, nous ne retomberons pas dans la grande importation et pourrons sécuriser les revenus des producteurs », déclare Antoine Henrion, agriculteur et président de Terres Univia.

Quatre leviers complémentaires pour soutenir les filières lentille et pois chiche

La contractualisation

Les filières lentilles et pois chiche offrent la possibilité aux agriculteurs de contractualiser jusqu’à 100 % de leur récolte, permettant ainsi une garantie d’achat et de prix, et une sécurisation des revenus à court terme. La majeure partie des productions est d’ailleurs sous contrat depuis deux ans. Les opérateurs travaillent en ce moment même sur les contrats en prenant en considération les termes de compétitivité actuelle avec les autres cultures dont les prix sont élevés.

Structuration de filières locales

Depuis 2020, plusieurs démarches territoriales, mobilisant Terres Univia et Terres Inovia, sont menées pour développer et structurer les filières des protéines végétales partout sur le territoire. Les structurations régionales permettront de sécuriser et de multiplier les débouchés (restauration collective, produits innovants…) et de valoriser les productions durablement.

Innovation technique et Cap Protéines

Les activités de recherche et développement de Terres Inovia accompagnent la production de lentille et de pois chiche afin de proposer des variétés adaptées aux conditions françaises et d’optimiser les itinéraires techniques (sécurisation de l’implantation, gestion du désherbage et de la bruche…). Cap Protéines, le programme de recherche, développement, innovation et transfert du Plan Protéines lancé par les pouvoirs publics dans le cadre de France Relance, a ainsi permis en 2021 de constituer le 1er réseau multipartenarial d’évaluation des variétés de lentilles et d’étoffer le réseau des variétés de pois chiche : 8 variétés de lentille de tous types (blonde, corail, noire, et verte) sont testées sur 13 essais et 11 variétés de pois chiche dans 15 essais. Des observatoires d’une dizaine de parcelles, menés par Terres Inovia en partenariat avec les chambres d’agriculture, sont aussi mis en place dans cinq régions afin de renforcer l’acquisition des connaissances pour conduire des cultures de pois chiche et de lentille robustes. Par ailleurs, un outil d’aide à la décision pour insérer les légumineuses dans les systèmes de culture, en prenant en compte leur intérêt économique et les bénéfices qu’elles apportent en fonction de la région, est en cours de conception.

La consommation au rendez-vous et de nouveaux débouchés

48 % des Français consomment des légumineuses au moins une fois par semaine1. Ce chiffre témoigne de l’engouement croissant des consommateurs pour les légumineuses. Si la consommation de protéines végétales est en hausse, elle est stimulée par la multiplication des débouchés possibles pour les lentilles, pois chiches, et autres légumineuses qui permettent de valoriser les co-produits des lentilles et pois chiche (graines fragmentées notamment) : farines pour l’alimentation humaine, utilisation en alimentation animale, multiplication des plats à base de légumineuses dans les rayons des supermarchés...

 

1 Résultats de l’étude CRÉDOC, Comportements et attitudes alimentaires en France, mai 2021 réalisée pour Terres Univia dans le cadre de Cap Protéines.

- Document à télécharger :