Chargement en cours...
null

Améliorer l’efficacité alimentaire des protéines grâce aux procédés de transformation

24 mars 2022

La question de l’autonomie protéique ne relève pas tant de la quantité de protéines disponibles que de la disponibilité de protéines concentrées, riches en acides aminés essentiels, digestibles par l’animal et économiquement abordables.

Dans le cadre de Cap Protéines, l’activité du DTVG (département transformation et valorisation des graines) de Terres Inovia vise à agir sur les leviers techniques qui conditionnent la concentration des protéines, leur digestibilité et leur disponibilité dans les filières locales.

En la matière, le décorticage des graines oléagineuses est une technique qui a le potentiel d’améliorer significativement la richesse en protéines des tourteaux.

Avec le colza, les pellicules représentent environ un tiers de la masse du tourteau et leur extraction permet de passer d’une teneur en protéines de 33-34% à 42%. C’est encore plus marqué chez le tournesol dont la coque représente près de 45% du tourteau. Un décorticage complet de cette graine permettrait d’obtenir des tourteaux à plus de 46% de protéines contre 27% dans le non-décortiqué.

Lever les verrous du décorticage

Deux verrous limitent la pratique du décorticage : la difficulté de bien décortiquer et celle de réaliser une extraction mécanique de l’huile performante après décorticage.

​​​​​​​En ce qui concerne l’aptitude au décorticage du tournesol, Terres Inovia a entrepris d’élucider la raison pour laquelle les cultivars modernes, riches en huile, se décortiquent difficilement afin d’orienter le travail de sélection variétale.

Le problème de l’extraction mécanique fait l’objet d’un travail de thèse dont l’objectif est de mieux comprendre l’évolution de la plasticité de la matrice décortiquée et ses interactions avec la géométrie des presses pour gagner en productivité.  

Digestibilité des tourteaux de colza et tournesol

Un autre sujet d’étude traité est le problème de la dégradation de la digestibilité des tourteaux de colza lié aux traitements thermiques. Les enquêtes qualité menées par Terres Univia montrent une solubilité moyenne des protéines (KOH) dans les tourteaux de l’ordre de 42% tandis que les études de digestibilités réalisées sur des gammes de tourteaux ayant des solubilités comprises entre 30% et 50% montrent une relation linéaire entre cette solubilité et la teneur en lysine digestible du tourteau.

Chaque point de solubilité supplémentaire permet un gain de 0,5 g de lysine digestible. La piste proposée par Terres Inovia est de travailler sur la préparation des graines de manière à réduire la quantité de solvant retenue dans le marc avant le traitement de désolvantation.

Le cas du soja

La transformation du soja par les unités de transformation territoriales dépourvues d’extraction par solvant fournit des tourteaux dont la qualité ne parvient pas à atteindre les niveaux obtenus expérimentalement à l’échelle pilote que ce soit en termes de teneur en huile résiduelle (8-9% vs. 5-6%) ou de solubilité des protéines (50-75% vs. 75-85%).

Terres Inovia cherche à identifier les raisons pour lesquelles le changement d’échelle induit des pertes de performances, notamment par l’observation du fonctionnement des unités industrielles, en vue de proposer des pistes d’amélioration.

Revoir la présentation de Patrick Carré, Ingénieur procédés / Expert stratégique chez Terres Inovia lors de l'agrowebinaire Acta x Agreenium du 22 mars 2022.

​​​​​​​

​​​​​​​

Contact : Patrick Carré (p.carre@terresinovia.fr)

- Document à télécharger :