Floraison

Accidents climatiques sur colza : le manque ou l'excès d'eau

Le manque d'eau

A l'automne, des conditions climatiques sèches et un sol desséché sont synonymes de levées très irrégulières et/ou tardives. Elles peuvent limiter le potentiel de la culture du fait d'un peuplement trop faible et/ou de plantes insuffisamment développées avant l'hiver.

manque d'eau dans colza : sécheresse à l'automnemanque d'eau dans colza : sécheresse à la floraison

Sécheresse à l'automne et à la floraison

De tels peuplements sont plus exposés aux risques climatiques (gel) ou aux facteurs biotiques (ravageurs, maladies dont phoma). Une irrigation de 20 à 30 mm peut s'avérer très bénéfique.
Au printemps, le manque d'eau limite le développement des plantes et handicape l’absorption des éléments fertilisants. Dans les cas extrêmes les boutons floraux et les plantes dépérissent.
La sensibilité est forte entre le début de la floraison et G4 + 10 jours. En fin de cycle la sécheresse limite le PMG sans possibilité de compensation.

Dans ces situations :

  • Préserver au maximum l'eau de la parcelle de colza après la récolte du précédent, en limitant autant que possible l'évaporation pendant la phase de travail du sol.
  • Un resemis peut être envisagé en cas de mauvaise levée si la date envisagée n’est pas en dehors des périodes de semis conseillées, et en tenant compte des désherbants déjà appliqués.

En bref

  • La sensibilité est forte entre le début de la floraison et G4 + 10 jours
  • Le colza a besoin d’environ 600 mm d’eau au court de son cycle.

L’excès d’eau

A la levée, les croûtes de battance dues à des abats d’eau handicapent la culture. Mais c’est surtout par la suite, en fin d’automne, en hiver ou au printemps, que l’excès d’eau pénalise les plantes en diminuant la croissance et la production de matières sèches aérienne et surtout racinaires.

parcelle de colza ennoyéepourrissement racines de colza

1. Parcelle de colza ennoyée et 2. Pourrissement des racines

Si l’ennoiement des parcelles dure, le système racinaire pourrit, accompagné d'odeurs nauséabondes caractéristiques, et les pieds disparaissent. Les plantes qui survivent sont sensibilisées au stress hydrique en fin de cycle et à la verse.

Dans ces situations :

  • Resemer en cas de croûte de battance si le peuplement est trop faible et si la date de resemis est compatible avec les dates conseillées.
  • Favoriser l’évacuation de l’eau dans les parcelles (drainage, rigoles).
  • Eviter de faire du colza dans les parcelles trop humides ou régulièrement submergées.

Destruction et remplacement d'une parcelle de colza

La parcelle peut avoir besoin d'être retournée, suite à un accident climatique ou parasitaire.