Chargement en cours...

26e Carrefour de la sélection du colza : une participation active de Terres Inovia

09 mars 2020

Le 26ème Carrefour de la sélection colza, organisé par l’association Promosol, a eu lieu les 22 et 23 janvier 2020 à Orléans (Loiret). Il a rassemblé 70 participants du secteur de la recherche publique (INRAE, Agrocampus Ouest, Universités), du GEVES, de la filière et des sélectionneurs de colza privés.

 

Le Carrefour était co-animé par Martine Leflon, responsable du département de génétique et protection des cultures à Terres Inovia, et animatrice de la commission colza de Promosol, et Maria Manzanares-Dauleux, directrice de l’UMR IGEPP (INRAE-AgroCampus Ouest-Université de Rennes I) et animatrice du conseil scientifique de Promosol.

Des échanges sur l’amélioration des plantes et du colza

Le Carrefour colza, c’est avant tout l’occasion de faire le point sur l’avancée des quatre projets de recherche financés par Promosol (voir l'encadré ci-dessous). Ces deux journées ont permis d’échanger plus largement sur les thématiques importantes de l’amélioration des plantes et du colza.

Des experts de Terres Inovia étaient présents : Arnaud Van Boxsom, responsable de l’évaluation variétale, y a présenté les travaux en cours sur l’évaluation de la vigueur du colza à l’automne ; Etienne Pilorgé, chargé des relations internationales, est intervenu sur les évolutions du GCIRC, Christophe Jestin, chargé d’études en génétique et protection des cultures, ainsi que Xavier Pinochet, expert en stratégies scientifiques, étaient également présents pour participer aux échanges.

Un atelier, réalisé lors de cet événement, fut l’occasion de partager les différentes visions des sélectionneurs, des organismes de recherche et de la filière (GEVES et instituts techniques) sur les critères variétaux importants dans les différents systèmes de production et la manière de les évaluer.

Promosol, qu’est-ce que c’est ?

Depuis 1977, l’association PROMOSOL soutient les travaux autour de la sélection des plantes oléagineuses (colza et tournesol) et encourage les actions favorisant la diffusion du progrès scientifique. Concrètement, l’association définit des priorités de recherche, finance des programmes de recherche considérés comme stratégiques et diffuse des résultats aux sélectionneurs et aux agriculteurs. Terres Inovia, avec l’INRAE, Terres Univia et l’UFS, est membre de Promosol.

 

Le point sur quatre projets financés par Promosol

Le Carrefour fut l’occasion de suivre l’avancée des quatre projets de recherche en cours financés par PROMOSOL :

DELUGE- Déverrouiller la lutte génétique contre l'altise d'hiver (coordinateurs : Maxime Hervé & Anne Marie Cortesero (UMR IGEPP, Rennes)

Il est à craindre que la culture de colza en France arrive dans une impasse vis-à-vis de l’altise d’hiver (Psylliodes chrysocephala). La stratégie proposée par ce projet est celle de la génétique et la création de variétés de colza résistantes à l’altise. Trois verrous freinent le développement de cette approche : l’absence de résistance dans B. napus, d’un biotest standardisé pour évaluer la résistance aux larves et d’élevage de l’insecte permettant de le travailler toute l’année au laboratoire.

Le projet DELUGE vise à identifier une espèce résistante à l’altise d’hiver apparentée au colza qui puisse être la base de futurs projets d’introgression et de génétique de la résistance, mais aussi complémenter le biotest actuel de résistance aux adultes et développer des tests de résistance aux larves, ainsi que prolonger un travail engagé sur la mise en place d’un élevage d’altise.

SEEDQUAL - Caractérisation de la diversité génétique de la composition de la graine et du tourteau de colza pour des usages en alimentation animale (coordinatrice : Nathalie Nesi, UMR IGEPP, Rennes)

La croissance démographique et l’augmentation des niveaux de vie vont induire une hausse de la consommation alimentaire en huiles et en protéines végétales d’ici 2030. Les ressources en huiles végétales permettront de satisfaire les demandes alimentaires, énergétiques et chimiques dans le futur. En revanche, l’offre en tourteaux sera tendue. Tenter de réduire le déficit d’approvisionnement en protéines végétales en Europe constitue un enjeu majeur pour la compétitivité du secteur agricole.

Les principales cultures oléo-protéagineuses sont des sources de protéines végétales qui sont valorisées jusqu’à présent via les tourteaux d’extraction d’huile. Cependant, la qualité du tourteau de colza est influencée par des facteurs intrinsèques à la graine et par les traitements liés à la trituration qui sont actuellement optimisés pour l’extraction d’huile. L’enjeu pour la filière oléo-protéagineuse est donc de valoriser, en marge du produit « noble » qu’est l’huile, le tourteau comme un produit à part entière avec une forte valeur ajoutée.

Le projet SEEDQUAL a donc pour ambition de fournir une description détaillée de la composition de la graine de colza notamment en fibres et en protéines, d’identifier la variabilité génétique disponible pour les différents constituants et de développer des outils moyen-haut débit pour évaluer ces variables dans des programmes de sélection.

Les partenaires de SEEDQUAL possèdent des compétences complémentaires qui vont permettre d’allier des approches de génétique quantitative, de génomique structurale, de génomique fonctionnelle et de biochimie analytique.

DESCRIBE – Diversité chémotypique chez Brassica napus (coordinateurs : Antoine Gravot et Alain Bouchereau (UMR IGEPP, Rennes)

L’objectif de ce projet est de réaliser, à partir d’un large panel de génotypes de B. napus (type hiver et printemps), une analyse chémotypique approfondie de quelques familles du métabolisme secondaire du colza, considérées comme déterminantes dans les interactions avec l’environnement biotique des plantes. Bon nombre de ces facteurs métaboliques sont également contributeurs des propriétés qualitatives des produits et de la graine en particulier.

La démarche analytique ciblée consiste plus précisément à prendre en considération les constituants chimiques de la famille des glucosinolates, des flavonoïdes et des composés terpéniques volatils. Il s’agit dans un premier temps de parfaire les procédures analytiques de description qualitative et quantitative de ces substances bioactives et de les adapter à l’établissement des profils phytochimiques retrouvés dans la plante. La volonté de prendre en compte une diversité génétique aussi large que possible impose de limiter les investigations à un seul stade phénologique (développement végétatif précoce) et à un nombre réduit de tissus et d’organes (graines, racines et feuilles) à partir de plantes cultivées en conditions optimales.

Les analyses chémotypiques sont dimensionnées autour d’un panel de 250 accessions de colza représentatif de la diversité génétique valorisable et support à des analyses de génétique d’association.

 

Metaphor- Exploitation des données de métatranscriptomique issues de « LeptoLife » pour l’identification et le suivi de nouvelles sources de résistance au phoma chez le colza (coordinateur : Thierry Rouxel, INRAE UMR BIOGER)

Le projet Metaphor porte sur l’interaction entre le colza et les agents pathogènes responsables du phoma, Leptosphaeria maculans et L. biglobosa.

Il a pour objectif d’analyser et d’exploiter les données issues du projet « Leptolife » de séquençage à grande échelle pour :

-Caractériser les mécanismes responsables de la résistance au stade adulte et les mécanismes mis en place par le champignon pour les contrecarrer,

-Identifier de nouveaux gènes impliqués dans la résistance (résistance foliaire à l’infection par les ascospores, résistance au stade adulte),

-Identifier de nouveaux gènes AvrLm du « champignon » exprimés uniquement dans les ascospores permettant le criblage de nouveaux Rlm disponibles dans les génotypes de colza,

-Identifier des gènes candidats pour le screening de génotypes végétaux montrant une résistance au stade adulte accrue.

On peut ainsi espérer que ce travail fournira de nouveaux outils pour le criblage de ressources génétiques sur la base de notre expérience précédente de génération de souches génétiquement améliorées pour l’identification des gènes Rlm.