Chargement en cours...

Ravageurs du pois : le sitone

Article rédigé par
  • Céline ROBERT (c.robert@terresinovia.fr), Laurent RUCK (l.ruck@terresinovia.fr)
Ravageurs du pois : le sitone
    Imprimer cette page
    Modifié le : 14 juin 2023

    Biologie

    Le sitone est un charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris brun, avec des yeux proéminents. Il arrive par vols échelonnés sur les parcelles de pois, depuis ses zones refuges (haies, bois, jachères, légumineuses). Sa larve, 6 mm de long, est bicolore : le corps est blanc et la tête, brun-jaune.

    sitone poisdégât de sitone pois

    Sitone (Sitona lineatus) Fréquence : forte ; nuisibilité : faible

    Les sitones entraînent des dégâts aériens et racinaires. Les adultes attaquent les bords des feuilles sous forme d’encoches semi-circulaires. Ces morsures n’ont pas d’impact sur le rendement. C’est la destruction des nodosités, puis des radicelles et des racines par les larves qui en perturbant l’alimentation azotée des cultures, engendre une nuisibilité. Les pertes de rendement peuvent atteindre 10-12 q/ha dans les cas extrêmes et une baisse du taux de protéine jusqu’à 30 %. Cependant, quelques nodosités saines plus l’azote du sol peuvent suffire à nourrir la plante. 

    Le sitone est actif par temps ensoleillé et dès que la température dépasse 12 °C. Il reste caché quand la température baisse et que le ciel est nuageux.

    Règle de décision

    Stade sensible Comment les détecter Conditions favorables Seuil
    De la levée au stade 5-6 feuilles* Observations sur plante : encoches sur les feuilles Temps ensoleillé sans vent Intervenir à partir de 5 à 10 encoches par plante sur les 1ères feuilles émises. Maintenir ensuite la surveillance et réintervenir si le seuil est à nouveau dépassé sur les jeunes feuilles émises avant *6 feuilles en pois de printemps.

    (*) 8-10 feuilles en pois hiver

    Au-delà du stade 6 feuilles en pois de printemps et 8-10 feuilles en pois hiver, les traitements deviennent inutiles, car les adultes ont déjà pondu. Les pyréthrinoïdes homologués protègent uniquement les feuilles présentes lors du traitement. Le sitone apparaît souvent après le thrips. Il est rare de pouvoir maîtriser ces deux ravageurs par une seule application en végétation.

    Document à télécharger

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    Bruche sur féverole
    Bruche : des graines perforées
    >Lire l'article
    Diagnostiquer les maladies aériennes de la féverole au remplissage des gousses
    >Lire l'article