Chargement en cours...

Pas d’azote minéral à l’automne sauf exception

Article rédigé par
  • Luc CHAMPOLIVIER (l.champolivier@terresinovia.fr)
Pas d’azote minéral à l’automne sauf exception
    Imprimer cette page
    Modifié le : 27 févr. 2019

    A l’automne, un apport d’azote minéral se justifie très rarement

    Même en situation de faible disponibilité ou de levée tardive. Les besoins du colza sont faibles (40 à 60 unités N) et les fournitures du sol suffisent. Une absorption d’azote limitée à l’automne ne pénalise pas le potentiel de production de la culture dans la mesure où la fertilisation au printemps est ajustée. Un apport d’azote en plein est le plus souvent interdit après le 31 août en zone vulnérable. En revanche, un apport d’engrais composé NP ou NPK jusqu’à 10 kg N/ha est toléré, à condition d’être localisé dans la ligne au semis. Consultez les arrêtés régionaux.

    Raisonner la fertilisation pour limiter la nuisibilité des ravageurs

    Dans les situations où la pression des ravageurs d’automne est forte et la disponibilité en azote du sol à l’automne est faible, des applications d’engrais composé NP ou NPK peuvent être réalisées en localisé (maximum 10 u d’azote) ou en plein (maximum 30 u d’azote) pour favoriser une croissance plus rapide du colza et lui permettre d’être plus robuste face aux bio-agresseurs. Les effets bénéfiques de ces apports d’azote apparaissent à partir du stade 3-4 feuilles. Ils sont inutiles lorsque le colza est mal implanté : levée tardive et mauvaise structure de peuplement. Ils ne permettent pas dans ce cas d’améliorer une situation compromise.

    Ne pas favoriser les attaques de phoma

    Dans les régions avec un risque phoma, attention aux fortes absorptions d’azote à l’automne. En effet, au-delà d’une centaine d’unités d’azote absorbé, la croissance automnale du colza est très forte, la tige commence à s’allonger, la zone d’élongation est sensible au gel et constitue une porte d’entrée pour le phoma.

    En zones vulnérables, se référer aux arrêtés préfectoraux

    Dans tous les cas, respecter strictement les réglementations en vigueur, notamment les arrêtés préfectoraux en zones vulnérables*. Les arrêtés préfectoraux diffèrent d'une région à une autre, dans les méthodes de calcul et les grilles de références.

    * Liste des communes en zone vulnérable : voir le site de votre Chambre d'agriculture, DREAL ou DRAAF.

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    Bruche sur féverole
    Bruche : des graines perforées
    >Lire l'article
    Diagnostiquer les maladies aériennes de la féverole au remplissage des gousses
    >Lire l'article