Chargement en cours...

Optimiser l’implantation de la féverole de printemps pour diminuer les risques de maladies

Article rédigé par
  • Anne MOUSSART (a.moussart@terresinovia.fr)
Optimiser l’implantation de la féverole de printemps pour diminuer les risques de maladies
    Imprimer cette page
    Modifié le : 09 avr. 2019

    La qualité de l’implantation est essentielle. Une féverole bien enracinée est en effet moins vulnérable face aux maladies, notamment racinaires.

    botrytis féverole

    Botrytis sur feuille de féverole

    Respecter les dates de semis préconisées. Semées trop tardivement, les plantes insuffisamment développées sont plus sensibles au mildiou.

    Par ailleurs, il est indispensable de respecter les densités de semis préconisées. Un couvert trop dense induit en effet un microclimat favorable aux maladies aériennes (ascochytose, mildiou, botrytis). Ne pas semer trop dense permet de limiter le développement végétatif du couvert et ainsi de réduire les risques.

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    degats limaces sur tournesol
    Limaces : gestion des populations en cours de campagne
    >Lire l'article
    pucerons tournesol
    Pucerons : Gestion en cours de campagne
    >Lire l'article