Chargement en cours...

Le sitone, très friand de féverole

Article rédigé par
  • Véronique BIARNES (v.biarnes@terresinovia.fr), Céline ROBERT (c.robert@terresinovia.fr), Laurent RUCK (l.ruck@terresinovia.fr)
Le sitone, très friand de féverole
    Imprimer cette page
    Modifié le : 24 mai 2024

    Le sitone est un charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris-verdâtre à brun-rouge. La larve, de forme arquée, mesure de 0.5 à 5-6 mm selon le stade. Elle est de couleur blanche, présente une tête brune et aucune patte.

    sitone adultelarves de sitone féverole

    Sitona lineatus - Fréquence : forte ; nuisibilité : faible

     

    Un seul cycle par an

    L’adulte hiverne dans les jachères ou les cultures de légumineuses, comme la luzerne ou le pois. Les hivers doux et secs lui sont favorables. Au printemps, il quitte ses zones refuges et envahit les parcelles de féverole par vols échelonnés. Le ravageur est actif par temps ensoleillé et lorsque la température est supérieure à 12°C.

    Au moment de la récolte, les champs sont infestés par les nouveaux adultes qui viennent d’émerger. Les adultes issus des pontes de printemps, émergent du sol des parcelles de juin à septembre. quittent la culture pour hiverner dans différents abris naturels : feuilles mortes, mousses…
    Le sitone du pois ne présente qu’une génération par an.

     

    Feuilles dentelées, système racinaire attaqué

    dégâts de sitones sur feuilles de féverole

    Dégâts de sitones sur feuilles de féverole.

    Les adultes de sitones mordent les bords des feuilles, occasionnant des encoches semi-circulaires reconnaissables. Le préjudice est présumé sans grande conséquence sur le rendement, en comparaison avec les dégâts qu’engendrent les larves sur le système racinaire de la féverole.

    Les larves de sitones se développent dans les nodosités de la féverole puis dévorent les racines. Elles perturbent ainsi l’alimentation azotée de la culture. La nuisibilité sur le rendement est faible sauf en cas d'attaques précoces et nombreuses. Le phénomène est accentué dans les terres peu profondes, qui s’assèchent en avril-mai (diminution du nombre de nodosités).

     

    Observer dès la levée

    Jusqu'au stade 6 feuilles, observer si des encoches sont présentes sur le feuillage.

     

    Lutter contre les adultes avant la ponte

    Il n’y a pas de solution pour atteindre les larves dans les nodosités. La lutte vise donc les adultes avant la ponte. Cependant, leur arrivée très échelonnée rend difficile les traitements en végétation.

    Seuil d’intervention

    Lorsque toutes les plantes ont de nombreuses encoches sur toutes les feuilles. Ne pas intervenir après le stade 6 feuilles car les sitones ont déjà pondu. La nuisibilité induite par les encoches sur le feuillage réalisées par des adultes au cours de la floraison est a priori négligeable.

    Stade sensible Comment les détecter Conditions favorables Seuil
    De la levée au stade 6 feuilles inclus Observations encoches sur plante

    Favorable : hiver sec et froid, zones refuges : bois, haies, légumineuses

    Actif par temps ensoleillé et T°> 12°C

    Nombreuses encoches sur les feuilles

     

    Lutte alternative

    Les semis précoces au printemps attirent les premiers adultes sortis. Retarder le semis réduit le risque sitones mais expose davantage la féverole au stress hydrique.

    Le thrips

    Ce petit insecte noirâtre (taille 1 mm) de forme allongée est peu présent sur féverole de printemps contrairement au pois de printemps, culture sur laquelle il peut occasionner des dégâts importants. Aucune nuisibilité n’a pu être mise en évidence sur féverole.

     

    Document à télécharger

    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    fiche qualité des graines lupin
    Lupin : qualité des graines 2023
    >Lire l'article
    Colza : l’humidité persistante favorise les pathogènes et champignons saprophytes sur siliques
    >Lire l'article