Floraison / Remplissage des gousses

Diagnostiquer les maladies post-floraison

Le sclérotinia

Sclérotinia sur tigeSclérotinia sur gousses

Le sclérotinia se manifeste par une pourriture blanche qui commence au niveau d’un nœud fleuri. Elle gagne la tige puis le haut de la plante se dessèche. En fin de cycle, des amas noirs (sclérotes) se forment dans et sur les tiges et les gousses. 

Optimiser l’irrigation pour réduire le risque sclérotinia 

Pour éviter le développement du sclérotinia, il est conseillé de ne pas irriguer trop tôt pour ne pas favoriser une végétation luxuriante favorable à la fermeture de la ligne créant un micro-climat propice aux contaminations des fleurs de soja par les spores de sclérotinia. De plus une végétation luxuriante augmente le risque de verse et la propagation du sclérotinia par contact plante à plante. 

Adapter l’irrigation en espaçant les tours d’eau et en augmentant la quantité d’eau apportée par tour (voir tableau). En sol profond, préférer les apports d'eau tous les 10 à 15 jours plutôt que chaque semaine

Stade et période conseillés pour l’irrigation :

  Sols profonds Sols superficiels
Stade conseillé pour débuter l'irrigation 12 à 15 jours après le début de la floraison Début floraison
Période en année normale Du 10 au 15 juillet Du 25 juin au 1er juillet

Le diaporthe 

Le diaporthe attaque en végétation et se conserve sur les résidus de culture. Avec des semences certifiées, les attaques sont rares et les pertes de rendement sont très dépendantes de la sensibilité variétale. 

Les symptômes caractéristiques montrent des alignements de points noirs (pycnides) sur les tiges

Diaporthe sur tigeDiaporthe sur gousse

Le mildiou 

Le mildiou est fréquent mais sans incidence mesurable sur le rendement du soja. Il se manifeste par de petites taches jaune clair sur le feuillage de 1 à 5 mm sans halo de décoloration, évoluant en nécroses. Par temps humides, un duvet grisâtre est visible sur la face inférieure des feuilles.

MildiouMildiou