Chargement en cours...

Chassons les idées reçues sur le lupin

Article rédigé par
  • Anne Schneider (a.schneider@terresinovia.fr)
Chassons les idées reçues sur le lupin
    Imprimer cette page
    Modifié le : 01 déc. 2023

    Le saviez-vous ?

    Des racines protéoïdes : le lupin possède des racines dites « protéoïdes », qui lui permettent d’extraire le phosphore inorganique des sols, non utilisable par les autres cultures. Le lupin est la seule plante cultivée capable de produire de telles structures.

    Une peau sublimée grâce au lupin : l’huile de lupin, le lupéol, l'alpha-lupanine, et bien d’autres composés du lupin sont aujourd’hui prisés par la cosmétique. Pour quels résultats ? une peau hydratée, rajeunie, oxygénée, à l'élasticité renforcée !

    Du lupin au quotidien : On note ces dernières années en Europe, une diversification des ingrédients issus du lupin. Par exemple, on trouve à ce jour des desserts glacés, jus de lupin, desserts frais ou substituts de viande utilisant du lupin. 

     

    L’itinéraire technique en trois points

    1) Stratégie d’évitement de la mouche des semis
    La mouche des semis est le principal ravageur du lupin. L’adulte, attirée par les pailles en décomposition, pond dans ces dernières.  La larve s’attaque au pivot du jeune lupin, provoquant la disparition de la plante. Afin de limiter le risque de ce ravageur, il est conseillé de retirer les pailles dès la récolte du précèdent, de labourer un mois avant le semis, puis de semer en bougeant le moins possible le sol afin de limiter au maximum les pontes. 

    2) Soigner l’implantation
    Choisir une parcelle propre, non hydromorphe et sans calcaire actif. Semer à 3cm de profondeur maximum, dans un sol réchauffé, afin de favoriser une croissance rapide du lupin. 

    3) Porter une attention particulière au désherbage
    Combiner désherbage chimique et mécanique permet d’optimiser la gestion du salissement tout au long de la campagne.

     

    Testez vos connaissances sur le lupin

    VRAI ! Notamment pour le lupin d’hiver mais, le choix d’une parcelle propre et l’association de désherbage chimique et mécanique peuvent permettre une bonne gestion du salissement.

    FAUX ! Les nouvelles variétés de lupin d’hiver peuvent résister, selon les conditions d’humidité, à des températures atteignant -13°C (il faut prendre en compte : l’humidité du sol, la présence de neige, la qualité de l’implantation...)

    VRAI ! Le lupin à de nombreux débouchés en alimentation humaine (graines entières, pépites, farines, isolats de protéines...) ou animale (#35% de protéines) mais également des débouchés cosmétiques.

    VRAI et FAUX ! La principale maladie à craindre est l’anthracnose du lupin, transmise par les semences, qui peut entrainer des pertes de rendement importantes.

    FAUX ! Le lupin n’est pas attaqué par la bruche, ni en culture, ni au stockage.

    VRAI et FAUX ! Des variétés de lupin d’hiver et de printemps ont été inscrites ces dernières années. Néanmoins, l’offre variétale reste réduite et l’une des variétés de lupin de printemps les plus semées a.... 35 ans !
    Chargement en cours...

    Ces articles pourraient vous intéresser

    degats limaces sur tournesol
    Limaces : gestion des populations en cours de campagne
    >Lire l'article
    pucerons tournesol
    Pucerons : Gestion en cours de campagne
    >Lire l'article