Chargement en cours...
Préparation de campagne

Anticiper le risque maladies sur soja

Réussir un soja en situation à risque sclérotinia 

Le sclérotinia constitue une des principales maladies du soja. Sans solution fongicide autorisée sur soja, la protection de la culture fait appel à différents leviers qui consistent à :  

  • Caractériser sa situation de risque au sclerotinia 
  • Miser sur le choix variétal 
  • Diminuer la pression sclerotinia par la lutte biologique au semis
  • Optimiser le semis pour réduire le risque sclerotinia
  • Optimiser l’irrigation pour réduire le risque sclerotinia 
  • Réduire le risque sclérotinia pour les cultures suivantes 

Dégâts du sclerotinia sur champ de soja

Dégâts du sclerotinia sur champ de soja 

Caractériser sa situation de risque au sclérotinia : 

Sont à considérer à risque sclérotinia, les parcelles ayant déjà subi des attaques sur soja il y a moins de dix ans, où il est pratiqué un retour fréquent (plus d’un an sur deux) d’une culture sensible au sclérotinia comme du tournesol, colza, melon… dans des sols moyennement profonds à profonds et irrigués.  

Le niveau de risque est défini dans la grille ci-après : 

  Irrigation
oui non
Fréquence de retour d'une culture à risque**
Présence antérieure de symptômes Type de sol Plus d'1 an sur 2 Moins d'1 an sur 2 Plus d'un 1 sur 2 Moins d'1 an sur 2
oui profond Risque fort Risque fort Risque fort Risque fort
superficiel Risque fort Risque fort Risque moyen Risque moyen
non profond Risque fort Risque moyen Risque moyen Risque faible
superficiel Risque moyen Risque faible Risque faible Risque faible

*  Présence significative de sclérotinia, il y a moins de dix ans, dans du soja ou dans une autre culture sensible (exemples : tournesol, pois, colza, melon)  

* * retour fréquent (plus d'un an sur deux) de cultures sensibles au sclérotinia

Miser sur le choix variétal 

Dans les parcelles à risque sclérotinia, privilégier les variétés peu sensibles (PS) à la verse et au sclérotinia (quand la sensibilité au sclerotinia est connue) à l’aide de l’outil myVar.

Réussir un soja sous pression rhizoctone 

Rhizoctone sur soja

rhizoctone sur soja 

La maladie se rencontre sur plus de 200 espèces dont la betterave sucrière et le maïs. Le précédent maïs semble favoriser le rhizoctone sur soja car ces deux cultures sont touchées par la même souche du champignon (Groupe Anastomose AG 2.2). Il en est de même pour le précédent betterave ; soja et betterave ont également en commun une souche (AG 5, plus rare que AG 2.2), qui provoque aussi des lésions racinaires. Ainsi, il est conseillé d’éviter les précédents maïs et betterave dans les parcelles où la maladie a déjà été identifiée. Il convient aussi de limiter les risques d'asphyxie des racines associés à une mauvaise structure du sol, des tassements et/ou une zone inondable, autant de milieux  propices au développement du rhizoctone.