TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Agenda

Séminaire "gestion de l'azote"

11 juillet 2017

Séminaire "gestion de l'azote"

Changer la gestion de l'Azote dans les champs cultivés : comment accompagner les agriculteurs dans leurs choix stratégiques ?

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse "Adapter les systèmes spécialisés en maïs avec couverts végétaux et cultures de diversification"

20 juin 2017

Le 20 juin 2017, les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres I(...)


Communiqué de presse : Le guide de culture pois 2017 est disponible !

16 juin 2017

Communiqué de presse pour la nouvelle version du guide de culture pois 2017.

 

Communiqué de presse(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Pois / Cultiver du pois / Maladies du pois

Ascochytose du pois = anthracnose

Actu réglementaire : chlorothalonil

Février 2016

Les récentes ré‐homologations de produits à base de chlorothalonil prennent en compte de façon plus restrictive la problématique de qualité des eaux souterraines.

Produits à base de chlorothalonil : conditions d'emploi et restrictions (PDF 50 Ko)

Dans la classification l’ascochytose est le nouveau nom de l’anthracnose. Pour l’instant, en termes d'usage, la dénomination anthracnose est conservée.

L’anthracnose est la maladie aérienne la plus fréquente chez le pois. La pression de la maladie est souvent moins importante sur pois de printemps que sur pois d’hiver. Cette maladie est due à un complexe fongique dont le principal agent est Didymella pinodes (= Mycosphaerella pinodes).

  

Une maladie qui entraîne la verse

La maladie progresse du bas vers le haut de la plante et affecte tous les organes. Des nécroses violacées à brunes s’installent à la base des tiges. Si celles-ci sont ceinturées par la maladie, les plantes deviennent alors plus sensibles à la verse. Des ponctuations de couleur brun foncé apparaissent sur les feuilles et les gousses puis évoluent en nécroses irrégulières. La maladie entraîne jusqu’à 20 q/ha de perte de rendement en cas de forte attaque. Les variétés hautes à bonne tenue de tige sont moins attaquées que les variétés les plus versantes, du fait d’un microclimat moins favorable à la maladie dans le couvert.

  

De multiples facteurs favorables

Pluies fréquentes, peuplement dense, semis précoces, floraison longue, attaque de bactériose sont autant de facteurs favorables au développement de l’ascochytose.

Observer la culture à partir de début avril en pois d’hiver, et de début floraison jusqu’à fin floraison en pois de printemps.

  

Méthodes de lutte contre l’ascochytose du pois

Préférer des variétés au couvert aéré

Certaines variétés de pois présentent une résistance partielle à la maladie, mais celle-ci est encore trop faible pour s’exprimer au champ.
Des études en cours montrent que l'architecture de la plante joue un rôle important sur le développement de l’ascochytose. Les variétés permettant d'obtenir un couvert aéré (variétés hautes, entre-nœuds longs, résistance à la verse…) sont moins affectées par la maladie.
La combinaison de ces types variétaux avec la résistance partielle devrait permettre de mieux gérer le risque ascochytose.

Pois d’hiver : surveiller l’apparition de la maladie

Traiter en sortie d’hiver en présence des symptômes de l’ascochytose avec un produit à base de chlorothalonil (ex. BANKO 500), efficace et économique (18 € HT/ha).

Attendre le début de la floraison en l’absence de symptômes. Traiter dès que l’ascochytose commence à s’installer sur les étages végétatifs (en-dessous du 1er étage florifère).

Traiter une dernière fois si le climat est humide : 10 à 15 jours après si l’intervention précédente était à base de chlorothalonil ; ou 15 à 20 jours après si le traitement précédent était à base de produits plus persistants. Opter pour des produits plus persistants (triazoles, strobilurines) et plus polyvalents vis-à-vis de l’ensemble des maladies. Exemples : IBEX, PRIORI XTRA ou PROSARO. Faire l’impasse si le temps est très sec.

Pois de printemps : surveiller à partir de début floraison

Dès le début floraison, attendre l'apparition des premiers symptômes pour déclencher le traitement. Si le printemps humide se poursuit en floraison, un 2e traitement peut se justifier. L’irrigation, en prolongeant la floraison, justifie exceptionnellement un 3e passage.

En conditions sèches pendant et après la floraison, le traitement n'est pas forcément nécessaire.

Produits fongicides autorisés sur pois

Dernière mise à jour : mars 2017

Fongicides autorisés sur pois (PDF 26 Ko)

 

Stratégies fongicides sur pois d'hiver (PDF 70 Ko)

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Inoculation légumineuses

Inoculation des légumineuses (à graines et fourragères) : des connaissances nécessaires à la pratique


Culture du pois

Maîtriser la culture du pois (hiver & printemps)


Toutes les formations