TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Communiqué de presse : "Le guide du soja est disponible"

03 avril 2017

Communiqué de presse diffusé par Terres Inovia pour la sortie du guide soja 2017.

Le guide soja 201(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Tournesol / Cultiver du tournesol / Tournesol : conservation et stockage

Séchage du tournesol

Sécher le tournesol, nécessaire dans certaines régions

La conservation du tournesol dans de bonnes conditions s'effectue à une humidité voisine de 7-8 %. Mais, la récolte se fait fréquemment à des humidités beaucoup plus élevées notamment dans le nord de la France. En dessous de 14 %, une ventilation séchante est suffisante, mais au-delà, un séchage à l'air chaud réalisé rapidement est indispensable.
Or, le séchage du tournesol présente des risques particuliers d’incendie dans les séchoirs et nécessite quelques précautions.

Eviter tout risque d'incendie

Eviter l'obstruction du séchoir
Pré-nettoyer le tournesol avant le séchage. Le débit du pré-nettoyeur doit être suffisant. Cependant, même si elle n'est pas très efficace, l'aération des lots permet de disloquer partiellement les blocs de grains agglomérés.
Nettoyer régulièrement le séchoir pour dégager les zones obstruées et retirer les dépôts gras. L'opération sera impérativement réalisée après traitement de lots brisés. Utiliser un nettoyeur à eau sous pression, si l'installation a été conçue pour évacuer l'eau usée.
En cas d'arrêt du séchoir, on procède à des extractions régulières, par exemple deux fois par heure, pour remuer le grain et limiter les prises en masse.

Eviter de léser les graines : veiller à ce que les circuits de manutention avant séchoir ne soient pas trop brisants.

Réduire les risques dus à la fermentation

Ne pas pré-stocker le tournesol en tas, avant le séchage. Une ventilation bien conduite évite les échauffement. Si on dispose de cellules étanches, on peut recourir à la conservation sous gaz carbonique. Une bonne gestion des apports  évite d'être débordé par des livraisons temporairement trop abondantes.  

Ventiler une demi-heure au minimum avant d'allumer le brûleur. On notera que la ventilation n'est efficace que si le séchoir est rempli.
Maintenir la ventilation en cas d'arrêt de l'alimentation du séchoir.

Eviter que des poussières enflammées atteignent le grain. Il ne faut pas que des particules enflammées puissent pénétrer dans la colonne de grains.
Les prises d'air des ventilateurs doivent être le plus possible isolées des sources de poussières. Si nécessaire, on les protégera par des cloisons, ou on les déplacera.
Le couplage de l'arrêt de la ventilation pendant l'extraction du grain qui limite les émissions de poussières, existe sur certains types de séchoirs. C'est un dispositif intéressant.

Si la chambre de combustion d'un séchoir au fuel ou si un brûleur à gaz sont dégradés, des particules de métal incandescent peuvent être introduites dans le grain. Il convient donc d'entretenir régulièrement le séchoir.

 

La température de l'air séchant ne doit pas dépasser 70°C, 60°C en cas de lot brisé :

La régulation de température doit être régulièrement contrôlée. Il faut en particulier veiller à ce que la température de l'air séchant soit homogène et que la température de certains filets d'air ne dépasse pas la consigne.

Ne jamais utiliser la surgénération.


Pour réduire le surséchage
Ne pas abaisser l'humidité des graines de tournesol en-dessous de 6 % : cela augmente leur sensibilité à la casse et la fissuration. Si un lot sec est admis dans le séchoir parmi des lots humides, il sera sur-séché si les réglages ne sont pas modifiés. L'homogénéisation des lots et un pré-stockage court réduiront ce risque.

 

Nettoyer intégralement le séchoir après le tournesol afin d’éviter des risques d’incendie lors du séchage du maïs qui va suivre
Quelques poignées de graines oléagineuses, mélangées à du maïs dans un séchoir et balayées par de l’air à plus de 70°C (en général 90 à 140°C) risquent de prendre feu et de le propager à l’ensemble du séchoir.


Source : Les incendies de séchoirs de tournesol - P. Burghart - CETIOM

Retrouvez l'intégralité du document "Les incendies de séchoirs de tournesol"

Publications

ARVALIS & Terres Inovia infos 2017

Janvier 2017 : "Interventions de printemps : renforcer la résistance aux aléas"

Qualité des tourteaux de tournesol 2015

Qualité des tourteaux de tournesol 2015

Caractéristiques 2015, comparaison années précédentes

Toutes les publications

Outils et services

myVar® web + mobile

myVar® web + mobile

Connaître et choisir ses variétés

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Tous les outils

Formations

Orobanche colza et tournesol (Nouveauté)

Faire face à l'orobanche du colza et du tournesol


Culture du tournesol

Maîtriser la culture du tournesol


Toutes les formations