Maturité / Récolte

Récolter le soja à maturité

La récolte doit être réalisée quand les graines sont libres et « sonnent » dans les gousses : elles sont alors sphériques et peu rayables à l’ongle et leur humidité se situe entre 14 et 16 % d’humidité.

Champ de soja arrivé à maturité

Champ de soja arrivé à maturité

Généralement, la plupart des feuilles sont tombées cela va dépendre des variétés et des conditions météo de l’année).

A surmaturité, les gousses s’ouvrent en se vrillant et laissent tomber les graines à terre

A surmaturité, les gousses s’ouvrent en se vrillant et laissent tomber les graines à terre

Récolter sans attendre dès que la maturité est atteinte sous peine de perdre des graines et de dégrader fortement la qualité de celles-ci en cas de réhumectation.

Après le stade optimum, des pertes de rendement peuvent être provoquées par des alternances de périodes sèches et humides (égrenage, pourriture).

Après la mi-octobre, l’humidité de l’air et la fréquence des pluies permettent difficilement de descendre en dessous de 18-20 % d’humidité. La qualité des graines risque d’être rapidement altérée par le développement des moisissures.

Si la récolte s’annonce tardive, le soja peut se récolter de manière décalée. La culture se « tient » assez bien tant que la maturité n’est pas atteinte. La récolte sera à réaliser dès que la culture aura atteint un stade assez avancée avec des conditions de récolte propices (temps sec, même si les températures sont froides). La récolte n’est pas possible au-dessus de 20 % d’humidité. Il est nécessaire de livrer la récolte le plus rapidement possible car les graines ne se conservent pas à plus de 14 % d’humidité.

Pour des récoltes tardives, la possibilité d’avancer la date de récolte en faisant un défanage est désormais impossible (aucun produit n’est autorisé pour cet usage).