Phase végétative

Pucerons sur tournesol : identifier les situations à risque

Ne pas intervenir avant 10 % de plantes crispées :

  • en dessous de ce seuil, l'attaque peut rester contenue ou cesser d'elle-même (conditions climatiques peu favorables, activité des organismes auxiliaires, ...) ;
  • maintenir la surveillance : un traitement insecticide ne permet pas de contrôler une éventuelle reprise d'infestation par des vols d'ailés échelonnés.

Au-delà du stade B10-E1 (formation du bouton floral), les plantes deviennent moins sensibles au ravageur. Les populations de pucerons – qui cherchent toujours à se maintenir au plus haut sur la plante – commencent à péricliter (formations d'ailés qui essaiment) et s'installent difficilement sur le jeune capitule. La nuisibilité devient très faible et une intervention ne se justifie plus.

Schéma intervention contre pucerons sur tournesol

Attention au sclérotinia

Les piqûres de pucerons peuvent provoquer une crispation du feuillage si les plantes sont en croissance. Cette crispation est d'autant plus intense que la croissance de la plante est rapide.

Les crispations, favorables au maintien de l'humidité du feuillage, peuvent créer des sites favorables à la germination des spores de sclérotinia et aux attaques sur boutons, feuilles et tiges.

Produits utilisables pour lutter contre les pucerons en pulvérisations foliaires

Surveiller la culture par des visites répétées à partir de la levée et consulter les BSV

La présence des pucerons verts du prunier est révélée par un début de crispation du feuillage, qui se transforme ensuite en déformation (cloques). L'intensité des symptômes peut évoluer très vite, en cas de multiplication rapide des insectes.

Consulter le bulletin de santé du végétal (BSV) de votre région pour suivre l'évolution du risque.

 

- Document à télécharger :