Chargement en cours...
Préparation de campagne

Optimiser le peuplement du soja pour maximiser son rendement et sa rentabilité

Le peuplement d’une parcelle de soja va fortement influencer le comportement de chaque plante qui la compose (accès à la lumière, accès à l’eau et aux nutriments, etc.). Le soja est une plante à la structure très plastique ; au gré de nombreux facteurs, dont la densité et la structure du peuplement dans lequel elle évolue, la plante mettra en place plus ou moins de ramifications, de gousses puis de graines (appelées composantes de rendement).

levée parcelle de soja

Cette plasticité est fortement conditionnée par la variété utilisée (et son groupe de précocité) et par l’alimentation en eau de la culture au cours de son cycle.

Terres Inovia a ainsi conçu une grille de conseil de densité de semis, en fonction de ces deux facteurs majeurs, actualisée en 2019 après un travail de synthèse et d’analyses complémentaires de différents essais conduits de 2012 à 2017.

Ainsi, pour maximiser la marge, en visant un rendement élevé tout en maîtrisant les charges de semences, respectez les doses de semis conseillées ci-dessous :

Tableau : densités de semis conseillées (données issues des travaux de terres Inovia – 2019)

Groupe de précocité Contrainte hydrique* Objectif de peuplement (pl./m2) Densité de semis conseillée (graines/m2)**
Conditions de semis optimales (levée - 90%) Conditions de semis correctes*** (levée= 80%) Conditions de semis dégradées (levée=60%)
000 Risque de stress hydrique moyen à élevé 50 55 65 85
Risque de stress hydrique faible à nul 50 55 65 85
00 Risque de stress hydrique moyen à élevé 50 55 65 85
Risque de stress hydrique faible à nul 40 45 50 70
0 Risque de stress hydrique moyen à élevé 40 45 50 70
Risque de stress hydrique faible à nul 30 35 40 50
I/II Risque de stress hydrique moyen à élevé 40 45 50 70
Risque de stress hydrique faible à nul 30 35 40 50

* Risque de stress hydrique moyen à élevé: conduite en sec sur sol à réserve utile (RU) moyenne ou avec une irrigation limitée ; risque de stress hydrique faible à nul : dans les parcelles semées dans des sols à forte réserve utile (sols profonds) en secteur arrosé ou avec une irrigation non limitante par rapport aux besoins de la culture

** Etude économique basée sur des coûts de semences certifiées

*** Cas général

Ajuster le peuplement recherché à la conduite hydrique envisagée

Dans des situations où la culture subit un stress hydrique prononcé (en sec sur sol à RU moyenne ou avec une irrigation limitée), les plants moins développés, ramifient moins et prennent moins de place pour couvrir le rang (phénomène de compensation diminué). Cette perte de potentielle peut être compensée par une augmentation du peuplement recherché selon les conseils ci-dessus.

Attention tout de même à ne pas semer au-delà des densités préconisées : cela entraînerait une concurrence excessive entre plantes pour l’accès à l’eau.

Dans les parcelles semées dans des sols à forte RU en secteur arrosé ou avec une irrigation non limitante, des peuplements plus élevés que ceux préconisés augmentent les risques de maladie (sclérotinia) et de verse.

Anticiper les pertes à la levée

Des forts taux de perte à la levée sont souvent observés sur la culture du soja. Les facteurs de pertes doivent être anticipés autant que possible dans le calcul des densités à semer :

Facteur de perte Niveau de perte Recommandations
Faculté germinative liée à variété et au lot de semences De 5 à 20% La FG des semences de soja est garantie à plus de 80%. Il peut toutefois être réalisé un simple test de germination peu de temps avant le semis. Augmenter la densité de semis avec les résultats du test de FG.
Hétérogénéité de la profondeur de semis et de la répartition sur le rang De 2 à 10% Utiliser un semoir monograine pneumatique ou augmenter la densité de semis avec un semoir céréales. Abaisser la vitesse de semis : pas plus de 4-5 km/h pour assurer la régularité de positionnement sur le rang et la régularité de la profondeur.
Attaques de ravageurs (mouche de semis, etc.) De 2 à 10% Préparation de sol inadéquate et/ou semis dans sol froid, augmenter la densité de semis
Type de sol De 0 à 20% Augmenter la densité en sols battants. Rouler le sol après semis surtout si sol motteux pour renforcer le contact terre-graine.
Travail du sol De 2 à 10% Augmenter de la densité en semis direct
Désherbage mécanique De 5 à 10% Augmenter la densité de semis de 5 à 10% si l'utilisation d'une herse-étrille est envisagée

Semoir monograine ou semoir céréales : adapter ses densités

Comparativement à l’utilisation d’un semoir céréales, un semoir monograine garantira une plus grande régularité du positionnent de la graine dans la ligne de semis et ainsi une meilleure qualité de levée. De plus, dans les situations à risque de sclérotinia, les écartements larges (au-delà de 50 cm) permettent une meilleure aération du couvert et réduisent le risque d’attaque. Les pertes à la levée sont par ailleurs plus faibles qu’avec un semoir céréales (5% contre 10 à 20%). A noter cependant que les fortes densités semées au semoir monograine perdent en régularité, la capacité des disques semeurs atteignant leurs limites.

Effet du peuplement sur la hauteur de la 1ère gousse

La hauteur de la 1ère gousse augmente avec la densité, surtout au-delà de 40 pl/m². Pour les variétés tardives, on n’observe pas cette valeur seuil, la hauteur de 1ère gousse augmente avec la densité et la largeur de l’écartement (plus de plantes sur le rang).

Fortes densités : quels risques ?

Semer à forte densité peut sembler être une garantie de réussite de la culture. Cependant, en plus d’alourdir les charges en semences, la culture est davantage exposée aux risques de verse et de sclérotinia (surtout chez les variétés tardives). La compétition plante à plante pour l’eau et les nutriments sera également exacerbée.

Interactions densité/ écartements

Pour des sojas tardifs semés avec des écartements larges au monograine (40 à 80 cm), il n’y a pas d’adaptation de la densité à prévoir selon la largeur du rang.

Pour des semis de soja précoces, il ressort que les écartements réduits (entre 10 et 30 cm) tels que pratiqués avec le semoir à céréales soient préférables aux écartements larges pour une même densité.

Peuplements faibles et retournement

La répartition des plantes, autant sinon plus que la densité de pieds à condition que celle-ci reste dans une norme acceptable, détermine la décision de garder ou ressemer une parcelle en cas de pertes importantes à la levée.