Chargement en cours...
Implantation

Nématodes des tiges : des symptômes visibles en été

Les nématodes des tiges de la féverole se présentent sous la forme de vers minces et transparents à tous les stades. Ils se déplacent dans un film d’eau avant de pénétrer dans les jeunes végétaux. Les adultes mesurent de 0,9 à 2 mm de long.

Les deux principaux nématodes sont : Ditylenchus dipsaci, qui s’attaque à la féverole, mais aussi à la pomme de terre, la betterave ou la luzerne, et Ditylenchus gigas, spécifique de la féverole.

Facteurs de risque dans l’ordre d’importance décroissante

  • Rotation culturale et charge en féverole (délai de retour inférieur à 4 ans entre deux féveroles) ;
  • Présence de nématodes dans la graine ;
  • Sols lourds (argileux) et mal ressuyés ;
  • Climat doux (15 à 20°C) et humide (pluie, brouillard, rosée et irrigation).

(source : FNAMS)

Attaques généralisées à l’ensemble des parties aériennes de la féverole

Lors de la floraison, des gonflements et des lésions marron-rougeâtres des tissus marquent la tige. Les pieds de féverole voient leur croissance perturbée et deviennent plus chétives. Les gousses peuvent éclater, les pétioles et les feuilles se nécroser.
L’intensité des symptômes est variable en fonction de l’origine de l’infestation et du climat. Les pertes peuvent s’élever à 70 % du rendement.

nématode sur féverolenématode sur féverolenématode sur féverole

Symptômes de nématodes sur tige et pétioles de féverole

Détection et période d’observation

Certaines plantes de féverole, bien qu’étant malades, ont néanmoins un aspect visuel sain. L’analyse au laboratoire est incontournable.
Observer les parcelles de féverole aux mois de juin et juillet, période à laquelle les symptômes liés aux attaques de nématodes des tiges s’expriment.

Plus aucune matière active n’est homologuée contre les nématodes des tiges de la féverole. La lutte chimique est donc impossible en France. L’Angleterre a axé ses recherches sur la génétique, pour mettre au point des variétés résistantes.