Automne

Les ravageurs secondaires à l'automne

Les taupins (peu fréquent, très nuisible)

Depuis une dizaine d’années, on assiste à des attaques de taupins sur de nombreuses cultures. Quelques cas ont été signalés sur colza plus particulièrement dans le Sud-Ouest. Le colza n'est pourtant pas une culture connue comme sujette aux attaques. On ignore encore si ces attaques sont liées à une évolution des pratiques ou à de nouvelles populations de taupins à cycle de développement plus court.  

taupin colza

Symptômes : les plantules s'étiolent, entraînant la disparition des pieds dont les racines portent des lésions. 

Aucun moyen de lutte chimique n’est disponible actuellement sur colza 

Les noctuelles terricoles (peu fréquent, très nuisible)

Des attaques de noctuelles sont signalées. Elles rongent le collet de jeunes plantules de colza, entraînant leur étiolement. Afin de ne pas confondre ces attaques avec celles des taupins, rechercher les larves dans les premiers centimètres du sol. Ce ravageur secondaire sur colza peut entraîner de sérieux dégâts localement. 

noctuelles terricoles

En cas d’infestations importantes, il est possible d’intervenir sur végétation à l’aide d’un produit autorisé à base de cyperméthrine avec un volume de bouillie important. 

Surveillance des attaques de mouche du chou (fréquent, peu nuisible). 

La mouche du chou pond au collet des plantes. Les asticots rongent le pivot dans des galeries ouvertes mais parfois profondes. Le rendement peut être fortement affecté, notamment lorsque les pivots sont sectionnés (sur des colzas peu développés).

mouche du chou

Le risque étant plus élevé pour les levées précoces, éviter de semer avant les dates préconisées pour la région.  Plus aucun moyen de lutte chimique n'est disponible.

Surveillance et lutte contre les tenthrèdes de la rave (fréquent, peu nuisible).  

Les œufs sont insérés dans les bordures des cotylédons. Après s'être développées sans occasionner de dégâts très visibles, les larves devenues âgées se mettent à dévorer le limbe des feuilles. 

Les adultes peuvent être capturés en nombre dans les cuvettes mais cela ne présage en rien sur le niveau d’attaque par les larves.  

tenthrède de la rave

En cas de forte infestation larvaire, une dégradation rapide du feuillage peut être observée (évolution visible à l'oeil nu, au jour le jour). Une intervention peut alors être nécessaire. 

Attention : les attaques cessent d'elles-mêmes assez brutalement (les larves en fin de développement se réfugient dans le sol pour l'hiver). 

Stade sensible Observation Déclenchements des vols Seuil indicatif
De la levée au stade 6 feuilles inclus Observations des larves sur les plantes Automne chaud et sec ¼ de la surface foliaire consommé

Les teignes des crucifères : 

teignes des crucifèresdégâts teignes des crucifères

La chenille de la teigne des crucifères est mineuse (peu fréquent, non nuisible). Après 3-4 jours, elle file quelques fils de soie et mue, puis ronge la face inférieure des feuilles en respectant les nervures mais souvent avec perforations. Visible à l’automne et au printemps sur colza, mais sans incidence.

Piéride du chou 

Piéride du chou

L’adulte est un papillon blanc dont les ailes sont ornées de taches noires.  La chenille est de couleur grise verte avec des bandes jaunes et des points noirs. Les larves se nourrissent sur les feuilles périphériques des plantes et ne s’attaquent au cœur des plantes que si elles sont nombreuses. Aucune lutte chimique n’est nécessaire

Les baris (très fréquent, non nuisible) 

barisdégâts baris sur colza

La baris est un charançon noir à reflet bleu vert de 2,4 à 5mm, sans poil. Sa nuisibilité est très faible et est principalement due aux larves qui se développent à l’intérieur de la racine principale. Les adultes sont capturés dans les cuvettes jaunes tout au long du cycle du colza. Aucun moyen de lutte n’est disponible et en outre, ne se justifie pas.  

Les charançons gallicoles 

charançons gallicoles

Le charançon gallicole est présent très localement (Centre et Poitou-Charentes) où il est fréquent mais peu nuisible. Ailleurs, il est très peu fréquent. Il se reproduit à l’automne, déposent ses œufs et disparait lorsque la période froide s’installe. Les larves apparaissent à partir d’octobre. Les attaques sont considérées comme peu préjudiciables. Les galles perturbent la conduction de la sève. Les galles dégénérées peuvent constituer des points d’entrée pour les maladies et sensibilisent les plantes au gel. La lutte ne se justifie pas.  

Les ravageurs du colza sont tous régulés par de nombreux auxiliaires. Limiter les traitements insecticides autant que possible. Si un traitement se justifie, sur les insectes résistants, utiliser des produits efficaces au risque d’engendrer des pullulations d’insectes. 

Pour en savoir plus sur ces organismes, consulter l’article sur les auxiliaires. 

 

guide pratique les insectes du colzaLe petit guide pratique "les insectes du colza" est disponible sur notre site dans la rubrique "Produits"

*L’utilisation des insecticides à base de néonicotinoïdes comme PROTEUS, HOREMEV200 est interdite depuis le 1er septembre 2018.

- Document à télécharger :