Floraison / Remplissage des gousses

Irriguer pour régulariser le rendement et la teneur en protéines à un niveau élevé

Le soja a des besoins élevés en eau. Un niveau de rendement supérieur à 35 q/ha ne peut être atteint qu'avec une disponibilité hydrique supérieure à 400/450 mm.

irrigation d'une parcelle de soja

Le soja a des besoins élevés en eau

L’alimentation en eau est le principal facteur limitant de la production chez le soja. La période de floraison et de nouaison d'une part, et la phase de remplissage des graines, d'autre part, sont très sensibles au déficit hydrique.

Une bonne alimentation de la plante en eau, c’est aussi concourir à son alimentation azotée, l'absorption de l'azote par voie symbiotique étant très sensible au déficit hydrique.

Un niveau de rendement supérieur à 35 q ne peut être atteint qu’avec une disponibilité hydrique (pluies, contribution du sol et irrigation) supérieure à 400/450 mm.

Irriguer en apportant la juste dose pour une marge optimale

Une bonne gestion de l’irrigation permet d’atteindre un résultat économique optimum. Bien conduite, elle permet de gagner 8 à 10 q/ha pour 100 mm apportés et de sécuriser la teneur en protéines. Mal maitrisée, elle peut cependant parfois favoriser voire occasionner des accidents en culture comme la verse, le sclérotinia ou des avortements de fleurs. Eviter tout gaspillage des ressources en eau et préserver la qualité de l’eau.

Ne pas commencer trop tôt

Le déclenchement de la première irrigation sera largement fonction de la réserve en eau du sol et de la pluviométrie, il se situe souvent au moment de la floraison. Retarder le premier apport en cas de pluies abondantes en mai-juin et l’avancer en situation inverse.

Effectuer le premier arrosage :

  • en sols superficiels, au stade R1 (apparition des premières fleurs), vers le 25 juin/1er juillet pour un semis de mi-avril à début mai, avec une variété groupe I ou groupe II ;
  • en sols profonds, 12 à 15 jours après l’apparition des premières fleurs, vers le 10-15 juillet pour un semis de mi-avril à début mai, avec une variété groupe I ou groupe II.

Poursuivre jusqu’à l’apparition des premières gousses mûres

L’alimentation en eau en fin de cycle permet de finir le grossissement des graines, essentiel pour l’élaboration d’un haut rendement et d’une forte teneur en protéines.
En l’absence de pluie, réaliser le dernier arrosage au stade R7 (premières gousses mûres, de couleur marron-beige, avec des graines arrondies à l’intérieur).
Ce stade se situe environ trois semaines avant la récolte, vers le 10-15 septembre pour un semis de mi-avril à début mai.

Conduite de l’irrigation en année moyenne

Objectif de rendement = 35 à 40 q/ha

Type de sol Région Apports totaux en irrigation Nombre d'apports Durée des tours d'eau (jours) Dose (mm)
Sols superficiels Sud-Est, Rhône-Alpe 250 à 300 mm 8 à 10 6-7 30-35
Midi-Pyrénées 200 à 250 mm 7 à 8 6-7 30
Alsace 150 à 250 mm 5 à 8 7 30
Aquitaine 150 à 200 mm 5 à 7 6-7 30
Centre, Poitou-Charentes 180 à 210 mm 6 à 7 7 30
Bourgogne, Franche-Comté 120 mm 4 7-8 30
Sols profonds Sud-Est 150 à 200 mm 4 à 6 8-10 40-45
  Midi-Pyrénées 100 à 150 mm 3 à 4 10-12 35-40
  Alsace 100 à 150 mm 3 à 5 8-10 30
  Aquitaine 50 à 100 mm 2 à 3 10-12 35-40
  Centre, Poitou-Charentes 80 à 120 mm 2 à 3 12 40
  Bourgogne, Franche-Comté 80 mm 2 10-12 40

Des outils en ligne pour une bonne gestion de l'irrigation 

Quand démarrer le premier tour d'eau ? Quand reprendre l'irrigation après une pluie significative ? Quand arrêter d'irriguer la parcelle ? Deux outils en ligne peuvent vous aider dans votre gestion de l'irrigation du soja.

Irré-LIS® Soja : un bilan hydrique en ligne simple d'utilisation pour anticiper et décider des stratégies d'irrigation à la parcelle.

IRRIsoja : pour piloter l'irrigation de parcelles équipées de sondes Watermark, au plus près des besoins du soja, en valorisant toute la réserve en eau du sol disponible.