Implantation

Inoculer le soja : produits et méthodes

La bactérie symbiotique du soja étant absente naturellement des sols français, une 1ere culture de soja doit être inoculée. Par ailleurs, certaines situations peuvent nécessiter des ré-inoculations de précaution.

inoculation du soja.

Soja inoculé (à gauche) et non inoculé (à droite)

L’offre commerciale d’inocula est aujourd’hui assez large. Elle fait appel à plusieurs méthodes d’inoculation. 

On trouve d’abord, les inocula les plus anciens en sachets de tourbe neutralisée et stérilisée avant introduction des bactéries. Ces sachets de 400g contiennent au moins 4 x 1011 bactéries et correspondent à une dose pour un hectare. L’application peut se faire soit sur graine (106 bactéries / graine) soit sur micro-granulés d’argile (10 kg pour un hectare). 

L’inoculation sur graine consiste à mélanger les semences avec le contenu du sachet de tourbe et environ un litre d’eau non javélisée ou de lait.  Les semences sont ensuite mises dans le semoir en minimisant l’exposition à la lumière.  

L’inoculation sur micro-granulés est possible avec un semoir de précision équipé d’un micro-granulateur.  Le mélange avec la tourbe se fait à sec. Les micro-granulés sont distribués dans la raie de semis par le micro-granulateur du semoir. 

inoculation du soja

Mélange de la tourbe sur les semences

A partir des années 90 sont apparus sur le marché des adjuvants collants permettant soit une meilleure tenue de la tourbe sur la graine, soit une inoculation liquide directement sur la graine en s’affranchissant de la tourbe. Ces produits permettent également de donner un peu de souplesse à l’agriculteur dans le délai à respecter entre l’inoculation et le semis. Selon les produits, ce délai va de 6 à 48 heures.  

Plus récemment, en 2017 un produit associant inoculum liquide et adjuvant carboné permet de porter ce délais inoculation / semis jusqu’à 15 jours, sous réserve de garder alors les semences pré-inoculées au frais et à l’abri de la lumière.  

La même année, sont arrivées sur le marché français des semences pré-inoculées en usine. Ce procédé présente l’avantage d’affranchir l’agriculteur des opérations d’inoculation. Néanmoins, ce nouveau produit introduit quelques spécificités méritant vérification. Sa première spécificité est d’introduire une nouvelle souche de Bradyrhizobium dont il convient de préciser quelques propriétés par rapport à la souche historique G49. Par ailleurs, la chaine logistique allant de l’usine à l’agriculteur doit garantir le maintien d’une concentration suffisante sur la graine, alors que le délai inoculation / semis peut aller jusqu’à 2 mois, et que les semences sont exposées à des facteurs de milieu pouvant affecter la survie de la bactérie.

A retenir

  • Quel que soit le produit et la méthode utilisée, l’inoculation doit être soignée afin conserver à l'inoculum sa vitalité et son efficience. L’inoculum est composé d’organismes vivants qui craignent les conditions excessives de température et de lumière.  
  • Avant l'emploi, ne pas stocker à plus de 25 ° C.  
  • A l'emploi, mélanger graines + inoculum ou microgranulés + inoculum à l'abri du soleil et semer dans le délai permis par la spécialité après l'ouverture du sachet d'inoculum.  
  • Se renseigner sur le délai possible d’inoculation avant semis sans perte de viabilité 
  • Au semis, viser un bon contact terre-graines au semis pour favoriser la nodulation.
 
- Document à télécharger :