TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Nouvelle étape dans le partenariat entre les réseaux des Chambres d’agriculture et des instituts techniques agricoles"

29 novembre 2017

Le 29 novembre 2017 - Dans un contexte agricole et territorial en pleine mutation, l’APCA et l’Acta-(...)


Communiqué de presse : "Le semis de colza associé à des légumineuses : une des clefs pour l'essor de cette filière bio dans le Sud-Ouest"

17 novembre 2017

Paris, le 16 novembre 2017 – Cultiver du colza en agriculture biologique c’est possible ! En plaçant(...)


Toutes les actualités

Soja : fertilisation

Jamais d’engrais azoté au semis

Pendant son cycle, le soja absorbe l'azote du sol et fixe l’azote de l’air contenu dans le sol, grâce aux bactéries situées dans les nodosités de ses racines.
Cette double activité permet à la culture de s’alimenter en azote sans qu’il soit nécessaire d’apporter des engrais azotés.
Attention ! Un apport d’engrais azoté au semis est nuisible car il empêche les nodosités de s’installer et de fonctionner, ce qui pénalise la culture durant tout son cycle.

Belle parcelle de soja au stade R6

Exceptionnellement, en cas d’échec de la nodulation, réaliser un apport d’azote en végétation*.

Vérifier l’état du soja et la présence de nodosités sur les racines à la mi-juin, pour décider d’apporter ou non de l’azote. Si la végétation de la parcelle présente globalement un aspect jaunâtre et si plus de 30 % des plantes ne portent pas de nodosités, un apport d’azote est exceptionnellement recommandé.

Apporter, en une ou deux fois, 80 à 150 unités entre le stade R1 (début floraison) et le stade R3 (premières gousses), si possible avant une irrigation. Préférer la forme perlurée.

* Attention si vous êtes en zone vulnérable, la règle générale est de ne pas apporter d'azote sur légumineuses. Toutefois certains départements ont obtenu des dérogations avec des apports possibles quelles que soient les formes d'azote ou uniquement sous forme minérale. En zone vulnérable, les doses apportées doivent être conformes aux arrêtés préfectoraux de votre région.

    

Adapter la fumure phospho-potassique

Carence en potasse

Le soja est une culture moyennement exigeante en potasse et peu exigente en phosphore.

Les analyses de terre permettent de situer le niveau de disponibilité en potasse et en acide phosphorique. Les apports doivent également tenir compte du passé récent de la fertilisation.

Veiller à ne pas apporter de fortes doses de phosphore dans les sols très acides (pH inférieur à 5,5) ou alcalins (pH supérieur à 7,5). Eviter également les fortes doses de potasse dans les sols sableux.

Gestion de la fumure phophorique et potassique 

P205

K20

Objectif

 de rendement

sol pauvre

sol bien pourvu

sol très bien

pourvu

sol pauvre

sol bien pourvu

sol très bien

pourvu

25 q/ha

40 u

30 u

0 u

40 u

30 u

0 u

35 q/ha

60 u

40 u

0 u

60 u

40 u

0 u

Si absence d'apport en année n-1 ou n-2, alors les quantités peuvent être augmentées de 10 u de P2O5 et de 20 u de K2O.

En cas d'exportations des pailles de céréales avavnt la culture, rajouter à ces chiffres, et seulement en sols pauvres10 à 20 u de P2O5 et40 u de K2O.

 

Outils et services

myVar® web + mobile

myVar® web + mobile

Connaître et choisir ses variétés

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Inoculation légumineuses

Inoculation des légumineuses : des connaissances acquises à la pratique


Toutes les formations