TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Nouvelle étape dans le partenariat entre les réseaux des Chambres d’agriculture et des instituts techniques agricoles"

29 novembre 2017

Le 29 novembre 2017 - Dans un contexte agricole et territorial en pleine mutation, l’APCA et l’Acta-(...)


Communiqué de presse : "Le semis de colza associé à des légumineuses : une des clefs pour l'essor de cette filière bio dans le Sud-Ouest"

17 novembre 2017

Paris, le 16 novembre 2017 – Cultiver du colza en agriculture biologique c’est possible ! En plaçant(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Soja / Cultiver du soja / Soja : désherbage

Désherbage du soja bio : la lutte mécanique

Conseil spécifique "soja bio"

Les adventices citées dans cette page font l'objet d'informations complémentaires dans le site Infloweb. Cliquez sur leur nom pour ouvrir leur fiche dans cet outil.

Combiner lutte préventive et curative

Prises séparément, les solutions agronomiques ou mécaniques ne peuvent garantir un désherbage suffisant. Une règle d’or en agriculture biologique consiste donc à combiner, autant que faire se peut, un maximum de ces méthodes pour parvenir à une gestion durable du salissement.
Des pratiques curatives visent à limiter toute compétition entre la culture et les mauvaises herbes. Le bon usage des outils mécaniques (période d’intervention et réglages en adéquation avec les types de sol et les conditions météo) est alors de rigueur.

Efficacités comparées des différentes méthodes sur une sélection d'adventices

Ce tableau indique le niveau d'efficacité des méthodes préventives et curatives disponibles en agriculture biologique sur les principales adventices graminées et dicotylédones.

Agrandir le tableau

                                              

Des adventices nuisibles au soja

En 2012, 53 % des parcelles de soja ont été jugés propres après désherbage et 11 % sales, par les producteurs interrogés par le CETIOM. Les parcelles  sales sont plus fréquentes chez les producteurs de soja en sec que chez les irrigants.

Chénopode, panic et chardon, sont les adventices les plus difficiles à maîtriser sur tout le territoire. Par ailleurs, des spécificités régionales se confirment : ambroisierenouée et liseron,en région Sud-Est, amarante dans le Nord, xanthium, et datura, dans le Sud-Ouest. L'écart de rendement constaté entre les parcelles jugées propres et celles jugées sales s'élève à 10 q/ha en moyenne.

1

2

3

 

1. Chénopode - 2. Panic - 3. Chardon

 

Outils

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Tous les outils

Formations

Réussir sa conversion en bio

Les bases techniques et agronomiques pour réussir les grandes cultures en agriculture biologique


Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Toutes les formations