TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Pois / Cultiver du pois / Ravageurs du pois

Thrips sur pois

Le thrips qui attaque le pois est le thrips du lin et des céréales.

        

Le pois de printemps touché dans le Nord

Le thrips (Thrips angusticeps) prolifère principalement dans les parcelles de pois de printemps, dans la moitié nord de la France et plus particulièrement dans les régions : Nord-Picardie, Normandie, Bassin parisien, Centre et Champagne crayeuse.

Communément appelé « mouche(tte) d'orage » ou « bête d’orage », l’adulte est un minuscule bâtonnet noir d’1 mm de long. Sa larve est jaune.

        

Des plantes malformées

Le thrips pique le végétal pour se nourrir et injecte une salive toxique dans la plante. Celle-ci initie de nombreuses ramifications, est chétive et naine. Les feuilles sont gaufrées et se couvrent de taches jaunes ou brunes.

          

Attention au précédent et en cas de levée lente

En pois de printemps, les pertes de rendement liées au thrips s’élèvent à 30 q/ha si la levée est lente (mauvaises conditions climatiques). Si elle est rapide, la nuisibilité de ces insectes est faible (impasse envisageable).

Un précédent blé ou lin est favorable à la présence du thrips dans la parcelle de pois de printemps. La larve sort du sol vers 7-8 °C.

En pois d’hiver, il n’a jamais été observé de dégâts de thrips.

           

Lutter dès la présence d’un thrips

Surveiller la culture dès la levée, afin de noter la présence de l’insecte dans les feuilles de pois en formation.

Traiter contre les thrips :
• dès que le seuil de nuisibilité est atteint (1 thrips par plante) entre les stades levée (80 % des plantes levées) et 2-3 feuilles

• avec un pyréthrinoïde homologué (8 à 10 €/ha).

En conditions très poussantes, la nuisibilité est généralement faible.


Attention !
• Traiter trop tôt entraîne une mauvaise efficacité du traitement : on ne détruit pas les thrips présents dans les plantes non encore levées.
• En cas d’impossibilité de traiter tôt (période de mauvais temps…), intervenir dès que possible pour limiter les dégâts, car tant que les thrips sont présents, ils continuent à « attaquer les plantes ».

Tableaux des produits insecticides homologués (PDF 95 Ko)

Mise à jour : mars 2017
Spécialités commerciales, doses homologuées, mentions abeille, DAR, ZNT...

 

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Publications

Qualité des graines de pois récolte 2016

Qualité des graines de pois récolte 2016

Rendement et qualité moyens à décevants

Points techniques

Pour faire l'état des connaissances. Dernière parution "Colza associé à un couvert de légumineuses gélives"

Toutes les publications

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Réussir sa conversion en bio (Nouveauté)

Réussir sa conversion en agriculture biologique en grandes cultures


Cultures de protéagineux (Nouveauté)

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Toutes les formations