TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

21 novembre 2017

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

Beaune - RTR Nord et Est Le 21 novembre 2017

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Le semis de colza associé à des légumineuses : une des clefs pour l'essor de cette filière bio dans le Sud-Ouest"

17 novembre 2017

Paris, le 16 novembre 2017 – Cultiver du colza en agriculture biologique c’est possible ! En plaçant(...)


Communiqué de presse : "Appel à candidature pour le label Digifermes"

15 novembre 2017

Créé en 2015, le label Digifermes® compte aujourd’hui 3 fermes expérimentales. Il ouvre un nouvel ap(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Lupin / Cultiver du lupin / Ravageurs du lupin

Mouche des semis

Pyristar : fin d'utilisation au 1er septembre 2017

Le traitement de semences PYRISTAR utilisé contre la mouche des semis en lupin n'est plus commercialisé depuis le 01/12/2016 et ne peut plus être utilisé à partir du 1er septembre 2017.
En l’absence d’autre alternative chimique, un labour au moins 1 mois avant le semis du lupin d’hiver est indispensable.

Photos ©Terres Inovia / Cliquez pour agrandir

 

La mouche des semis (Delia platura) est l’un des ravageurs les plus préjudiciables au lupin, en particulier au lupin d’hiver. C’est un insecte très polyphage (plus de 40 plantes-hôtes).

Attirées par les sols humides, riches en matière organiques et fraîchement travaillés, la femelle dépose plusieurs centaines d'œufs dans le sol.
La durée de développement de la larve dure 3 semaines. Elle s'alimente aux dépens des matières animales ou végétales en décomposition sur lesquelles elle peut effectuer la totalité de son développement. Toutefois, très attirée par les graines en germination et les jeunes plants, elle y pénètre et creuse des galeries dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses avant leur sortie de terre.

Les larves se nymphosent ensuite sous forme de pupes dans le sol à des profondeurs variables. De 3 à 6 générations peuvent se succéder.

Les larves pénètrent les graines germées ou les jeunes plants et minent les cotylédons, les petites pousses et/ou les jeunes racines avant qu’elles ne poussent. Les plantes sont vulnérables aux attaques pendant 3-4 semaines, jusqu’à ce que les tissus soient plus résistants.

Typiquement, les plants attaqués ont le bourgeon terminal en partie ou entièrement noirci, pourri et fané. Parfois, l’apex est détruit. Souvent, la base et parfois le reste du cotylédon contiennent des galeries d’environ 1mm de diamètre, souvent infestés par une ou deux larves de diptères. Les pieds touchés sont affaiblis, ils sont ensuite plus sensibles aux maladies fongiques et dépérissent souvent au cours de l’automne ou de l’hiver.

A partir du moment où les dégâts sont évidents, il est souvent trop tard pour mettre en place un contrôle adéquat.

Source : INRA ; Ségolène PLESSIX, Bruno Jaloux et Estelle Chenu (Agrocampus Ouest Angers) – projet PROGRAILIVE.

Méthode de lutte

Il n’existe pas de moyen de lutte en végétation contre la mouche des semis. Une lutte préventive s’impose, et passe par la réalisation d’un labour un mois avant le semis.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Cultures de protéagineux

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Réussir sa conversion en bio

Les bases techniques et agronomiques pour réussir les grandes cultures en agriculture biologique


Toutes les formations