TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Agenda

Séminaire "gestion de l'azote"

11 juillet 2017

Séminaire "gestion de l'azote"

Changer la gestion de l'Azote dans les champs cultivés : comment accompagner les agriculteurs dans leurs choix stratégiques ?

Tous les événements

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Lupin / Cultiver du lupin / Le lupin et ses atouts

Lupin d'hiver ou lupin de printemps ?

Les lupins d’hiver et de printemps

• sont très sensibles à l’excès d’eau et à la présence de calcaire : ils ont besoin de sols sains et sans calcaire actif (taux de CaCO3 total inférieur à 2,5 %) ;

• n’apprécient pas les sols limoneux, froids et battants qui ralentissent la levée et donc pénalisent leur implantation ;

• ont des potentiels de rendements voisins : 50 q/ha pour le type hiver, 40 q/ha pour le type printemps ;

• ont des cycles longs : 7 à 8 mois pour le type printemps, 11 mois pour le type hiver.
Dans certaines zones, et en cas d’été frais et humide, le cycle peut être allongé, rendant la récolte du lupin de printemps difficile. Évitez de choisir des variétés tardives dans ces situations.

  

Le lupin d’hiver

• nécessite une parcelle très propre, exempte de vivaces ;

• a une résistance au froid moyenne, ce qui limite sa zone de production à l’Ouest et au Sud ;

• permet un rendement plus régulier et supérieur au lupin de printemps (5 à 10 q/ha).

  

Le lupin de printemps

• est moins sensible à l’enherbement et n’est pas confronté aux risques de gel en hiver et aux potentielles pertes imputables à cette situation ;

• sera plus sensible à l’anthracnose et plus soumis aux ravageurs (thrips et sitones en particulier) ;

• peut être cultivé dans toute la moitié ouest de la France ;

• est beaucoup plus exposé aux coups de chaleur à la floraison et au stress hydrique. Or, son rendement est lié à la pluviométrie de juin et juillet.

Il existe d’autres espèces de lupin doux

En plus du lupin blanc (Lupinus albus), le lupin bleu à feuilles étroites (Lupinus angustifolius) et le lupin jaune (Lupinus luteus) sont cultivés essentiellement en Australie et en Europe de l’Est. Les surfaces restent anecdotiques en France.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Cultures de protéagineux (Nouveauté)

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Réussir sa conversion en bio (Nouveauté)

Réussir sa conversion en agriculture biologique en grandes cultures


Toutes les formations